Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Furie DivineQuatrième de couv’ :

Mayak, complexe nucléaire en Russie. Au coeur de la nuit, un commando tchétchène fait irruption dans l’un des entrepôts du site et s’enfuit avec deux cargaisons d’uranium hautement enrichi. Tomás Noronha est en vacances lorsque Frank Bellamy, directeur des Sciences et de la Technologie de la CIA, prend contact avec lui. Le cryptologue portugais doit les aider à déchiffrer un message d’Al-Qaïda qu’ils ont intercepté et qui pourrait être une menace planétaire.

Quarante ans plus tôt, en Égypte, Ahmed est un jeune garçon pieux et particulièrement brillant. En grandissant il se lie d’amitié avec un professeur charismatique qui lui présente un nouvel Islam, celui du djihad et de la guerre contre les infidèles… Il suivra alors le chemin de la radicalisation, chemin qui va le conduire très loin…

Avis :

En quelques années, José Rodrigues dos Santos s’est imposé comme l’un des indispensables du printemps et de l’été. Dans la version portugaise, le roman « Furie divine » est la quatrième aventure du cryptologue et historien, Tomàs Noronha. Pour rappel, les romans de JRDS sont sortis chez Gravida dans cet ordre : O Codex 632, 2005.  A Fórmula de Deus, 2006. O Sétimo Selo, 2007. Fúria Divina, 2009. O Último Segredo, 2011. A Mão do Diabo, 2012. A Chave de Salomão, 2014.

Depuis 2012, les romans sont publiés chez HC éditions et ont été dans l’ordre suivant : La formule de Dieu, 2012. L’ultime secret du Christ, 2013. La clé de Salomon, 2014 (La version française est sortie avant la version port Codex 632 – Le secret de Christophe Colomb, 2015. Furie divine, 2016. Les lecteurs de l’auteur portugais auront remarqué que les aventures du cryptologue ne sont pas publiées dans l’ordre initial, mais comme dans les grandes séries, chaque aventure se lit individuellement.

Les éditions Hervé Chopin ont mis les petits plats dans les grands en nous présentant ce nouvel opus avec cette magnifique couverture qui est une véritable invitation à la lecture. Dès les premières pages, on est happé par la nervosité de l’auteur. D’ailleurs, je suis certain que ce roman est le plus nerveux de la série. Après un prologue sur le complexe de Mayak et le vol audacieux d’une arme nucléaire, JRDS nous sort un chassé croisé entre son héros et Ahmed ibn Barakah, jeune égyptien vivant à l’époque d’Anouar el-Sadate.

Après une centaine de pages, l’ambiance est pesante et terriblement d’actualité suite aux événements de Paris et de Bruxelles. D’ailleurs, il est difficile de ne pas faire le rapprochement avec le flux d’informations que nous recevons chaque jour. La rencontre avec le jeune Ahmed nous montre comment un jeune peut basculer en passant d’un Islam qui se veut amour et respect d’autrui à un Islam radical pour lequel on tue. Il faut dire que l’auteur a très bien exploité le sujet et le contexte en nous montrant une Egypte à un tournant politique, mais en se focalisant sur le jeune personnage, il nous montre comment un jeune garçon termine en prison et suit l’endoctrinement de son ancien professeur de religion islamique qui le pousse à suivre la voie du djihad.

En fait, tout le roman est une leçon de théologie, d’histoire, de géopolitique et de sciences politiques qui joue entre les différences entre l’Occident et l’Orient. Au fil de la lecture de ce page-turner, on perçoit que la véritable leçon est celle du fondamentalisme religieux. Les arguments évoqués par le professeur de religion d’Ahmed sont « justifiables » dans la mesure où nous sommes nombreux à critiquer certains éléments de notre société. Du commentaire qu’on peut faire au comptoir d’un café au fondamentalisme et à l’endoctrinement, la marge est assez large, mais JRDS nous donne un point de vue que tout le monde devrait connaître et qui nous donnerait très certainement une meilleure opinion de ce qu’il se passe.

À travers ce chassé-croisé entre les époques, on arrive à mieux comprendre comment un jeune peut basculer vers le côté obscur et qu’un professeur d’université doit rétablir la vérité et éviter une nouvelle menace sur l’Occident. Furie divine est un roman qui offre un point de vue intéressant sur la question des religions et de la place qu’elle doit prendre dans nos sociétés.

D’un avis personnel, les religions sont imparfaites car il s’agit d’histoires d’hommes et ceux-ci imparfaits. Peu importe le Livre auquel nous faisons référence, un nombre de personnes oublie de se remettre dans le contexte au moment où ces paroles ont été couchées sur le papier. Ainsi, on retiendra que Mahomet a fondé l’une des plus grandes civilisations que le monde ait connu. Si l’auteur fait référence à la relation entre le passé et le présent des différents cultes, il est temps de se poser la question : Quel avenir pour les religions ?

Encore une fois, on ne sort pas totalement indemne de cette nouvelle aventure de Tomás Noronha. Les habitués seront contents de retrouver ce cher Frank Bellamy, le Directeur des sciences et des technologies de la CIA. La Noronha Girl, Rebecca Scott a quant à elle un certain « charme », elle a un rôle clé mais manque d’épaisseur. Bref, « Furie divine » est un roman qui vous plonge au coeur de l’histoire, au coeur de l’Islam et au coeur du terrorisme …

Biblio :

SANTOS, José Rodrigues dos. Furie divine. Paris : HC éditions, 2016. 542 p. ISBN 978-2-35720-256-6

Publicités