Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , ,

Clé de Salomon, LaQuatrième de couv’ :

Alors qu’une équipe de chercheurs du CERN est sur le point de réussir à observer le Bosson de Higgs, plus connu sous le nom de particule de Dieu, le corps de Franck Bellamy, chef de la CIA, est retrouvé dans les locaux du célèbre laboratoire Genevois. Dans les mains de la victime, les enquêteurs retrouvent un mystérieux message : « La clé : Tomás Noronha ». Désigné coupable, le cryptologue devient en quelques heures la principale cible de la CIA, bien décidée à venger Bellamy.

Pour prouver son innocence, Tomás n’a qu’une solution : résoudre le crime au péril de sa vie. Ainsi débute une enquête à couper le souffle qui amènera notre héros à révéler des découvertes scientifiques des plus troublantes. L’âme existe-t-elle ? Y a-t-il une vie après la mort ? Dans cette suite de La Formule de Dieu, José Rodrigues dos Santos prouve une nouvelle fois qu’il est un des grands maîtres du thriller. La Clé de Salomon est un roman qui, au-delà de l’action, utilise la science pour comprendre les liens inouïs qui demeurent entre l’esprit, la matière et la grande énigme de l’existence.

Avis :

Ce n’est pas encore l’été et voici l’un des incontournables que vous allez mettre dans votre valise. José Rodrigues dos Santos revient avec son cryptologue Tomás Noronha dans « La Clé de Salomon ». Après avoir déchiffré l’étrange missive d’Albert Einstein et nous prouver scientifiquement l’existence de Dieu dans « La Formule de Dieu » et ensuite  nous révéler le secret du christianisme qui a bouleversé les croyances dans « L’ultime secret du Christ« , le cryptologue portugais revient dans ce techno-thriller ésotérique.

On pensait avoir fait le tour de la physique quantique avec « La Formule de Dieu », mais Dieu et Einstein n’ont pas dit leur dernier mot ! D’ailleurs la première de couverture nous rappelle avec une certaine intelligence que ce livre est une suite. Sous le regard d’Einstein, le pentacle est la clé est la clé de l’énigme. La couleur orange rappelle la lumière, son intensité et le côté « divin ». Le bleu de l’hexagramme ou étoile de David nous rappelle la particule élémentaire et le côté scientifique du sujet.

L’auteur joue entre les nuances de la physique et de la métaphysique  et nous pousse à nous poser des questions. Qu’est-ce que la conscience ? Qu’est-ce que l’âme ? Qu’est-ce que la lumière au point de vue physique et métaphysique ? Les deux avis sont-ils liés ?  La lumière, onde ou particule ? Qu’est-ce que la réalité ? Qu’est-ce que l’univers ? Le débat est lancé ! L’auteur aime jouer sur les émotions de son lectorat et il ne le prend comme un simple spectateur. Il nous entraîne dans une réflexion scientifique, même si on n’est pas physicien. Les interprétations sont tellement étranges, qu’on se demande où s’arrête la réalité et où commence la fiction.

Franck Bellamy, Directeur des sciences de la CIA est retrouvé mort dans l’accélérateur de particules du CERN (Genève, Suisse). On retrouve sur le cadavre un mot « The key : Tomás Noronha » (La clé : Tomás Noronha). Pour la hiérarchie de Bellamy, inculper Tomás Noronha est une solution toute trouvée. À partir de là, la chasse à l’homme est lancée et le suspens vous empêchera de lâcher ce roman digne d’un scénario hollywoodien.

Dans le même temps, si l’histoire peut vous sembler secondaire, elle est tout ce qu’il y a de plus essentielle. Garça, la mère de Tomás est victime d’un arrêt cardiaque et vit une expérience de mort imminente. L’EMI n’est pas nouveau dans le domaine littéraire et un certain commissaire franc-maçon l’a vécu dans le roman « Lux Tenebrae« . Elle affirme avoir vu les tentatives des médecins pour la ramener à la vie et avoir été en contact avec son mari disparu depuis plusieurs années.

Pour son cryptologue de fils, il s’agit d’un simple mécanisme de défense au moment de la mort physique mais sa rationalité est mise à rude épreuve. Quel est le point commun entre Einstein, l’EMI de sa mère, le boson de Higgs, l’oeil quantique et le meurtre de Franck Bellamy ? On rajoute à ça, un tueur psychopathe et une CIA prête à tuer pour SA sécurité, alors que peut faire Noronha pour sauver sa peau ? Résoudre le problème de la Clé de Salomon !

Ce polar n’est pas un traité de physique quantique pur et dur, même si la partie scientifique prend la part belle du livre. Je veux également vous rassurer et peut-être vous avertir que la part scientifique peut rebuter le commun des mortels mais comme je dis plus haut, l’auteur ne prend pas son lectorat pour simple spectateur. Il le stimule intellectuellement et c’est l’une des grandes forces de l’auteur et de ce roman.

Une excellente lecture et on redemande !

Biblio :

SANTOS, José Rodrigues dos. La Clé de Salomon. Paris : HC éditions, 2014. 512 p. ISBN 978-2-35720-176-7

Publicités