Le code Télémaque

Quatrième de couv’ :

Un homme est retrouvé assassiné dans la chambre d’un hôtel du Colorado, aux États-Unis. Près du corps se trouve un exemplaire du livre Télémaque de Fénelon, le grand auteur français du 17e siècle. Et un mystérieux message codé écrit de la main du mort. La victime était l’ami de Pierre Cavaignac et de Marjolaine Karadec, les deux archéologues français arrivés sur place pour faire des recherches dans une réserve indienne. Ce meurtre est-il lié aux attaques du Ku Klux Klan dont ils ont été victimes depuis leur arrivée dans la réserve ? Les deux archéologues découvrent rapidement qu’une confrérie tente de s’emparer d’un secret dissimulé par Fénelon au Grand Siècle. Un secret pour lequel certains sont prêts à faire couler le sang car il est la source d’un pouvoir incommensurable… et destructeur.

Dans les méandres de l’Histoire, un secret qui peut tout changer.

En quelques mots :

Faut-il encore vous présenter Jean-Luc Aubarbier ? Faut-il encore vous dire la joie immense de retrouver Pierre et Marjolaine ? Retrouver l’auteur et ses héros durant les vacances, c’est un plaisir renouvelé. On se demande où l’auteur périgourdin va nous emmener.

On ne change pas une équipe qui gagne. Le schéma traditionnel de l’alternance des chapitres entre l’époque contemporaine et l’époque historique, est une technique qui a fait ses preuves et là où l’auteur a eu LE coup de génie, c’est de glisser des références à Dan Brown et à ses œuvres majeures qui sont le Da Vinci code et Anges & Démons. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas les « péripéties browniennes » en roman ou à l’écran, il faut admettre que l’auteur américain a popularisé le polar ésotérique depuis le début des années 2000.

En deux mots : Fénelon et Télémaque … François de Salignac de La Mothe-Fénelon dit Fénelon est né le 6 août 1651 au château de Fénelon à Sainte-Mondane (Dordogne actuellement) et mort le 7 janvier 1715 à Cambrai. Homme d’Église, pédagogue, théologien et écrivain, il est le précepteur du Duc de Bourgogne. Il devient archevêque de Cambrai en 1695 et le restera jusqu’à sa mort. Opposé à Bossuet, il tomba en disgrâce lors de la querelle du quiétisme (doctrine chrétienne qui trouve son origine en Espagne. Elle consiste en un « cheminement spirituel vers Dieu » qui se caractérise par une grande passivité intellectuelle) et surtout après la publication de son roman « Les aventures de Télémaque » (1699). Roman considéré comme une critique de la politique du roi de France, Louis XIV.

Époque historique … Cette année, nous sommes invités à nous rendre à la Cour de Louis XIV. Nous sommes à la fin du règne du Roi-Soleil et un complot se trame. La Compagnie du Saint-Sacrement ou Parti des Dévots veut se débarrasser du souverain. L’ambiance développée m’a beaucoup fait penser à l’excellent série « Versailles ». On entend presque les notes de musique du groupe M83 qui avait composé la bande originale de la série.

Encore une fois, Jean-Luc Aubarbier nous livre un récit richement documenté et la plume est nette et précise. On découvre bien des choses sur la vie de la Cour du Roi de France et sur cette Franc-maçonnerie qui n’en est qu’à ses débuts.

L’intrigue historique est complexe. Les coups du sort semblent aussi variés que les sauts d’humeur de Louis XIV. On s’attache très fort à Fénelon. Le roman permet de le (re)découvrir et on se rend compte que l’intelligence de cet homme d’Église était redoutable. Un trop Grand homme pour ce siècle que l’on disait Grand.

Époque contemporaine … Alors quel est le point commun entre Dan Brown, Fénelon et son Télémaque ? Tout débute par un voyage dans le Colorado où Pierre et Marjolaine retrouveront une vieille connaissance. Rapidement, ils seront confrontés à la mort et devront faire face à des membres du Ku Klux Klan.

Histoire rapide et nerveuse, les archéologues francs-maçons ont de nouveau été mis à toutes les sauces. Une course contre la mort est lancée pour découvrir l’ultime secret du Cygne de Cambrai et ne pas finir entre les mains des Illuminati. Ceux qui connaissent l’univers de Cavaignac et Karadec ne seront pas déçus. On retrouve de nombreux clins d’œil aux précédents romans.

Sur la plage de La Panne (Flandre Occidentale, Belgique)

Le contexte historique est richement documenté. Ce tour dans le Grand Siècle permet de ressortir moins bête. Pour le contexte contemporain, Jean-Luc Aubarbier s’est fait plaisir à « maltraiter » ses héros. Des vastes plaines du Colorado aux décors naturels du Périgord Noir, Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec vous emmèneront loin. J’ai beaucoup aimé le rappel fait à l’œuvre de Dan Brown et surtout la dernière phrase du roman où Marjolaine dit que l’auteur américain est un inconnu et que personne n’entendra jamais parlé du Da Vinci code … Quelle bonne blague !

On parle souvent de roman « feel good » mais pouvons-nous dire la même chose d’un polar ésotérique ? Bref, Le code Télémaque est une lecture d’été à prendre sous le bras et à lire sur son transat ou ailleurs.

Biblio :

AUBARBIER, Jean-Luc. Le code Télémaque. Bernay : City éditions, 2019. 301 p. (Une enquête de Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec ; 5). ISBN : 978-2-8246-1447-2

2 réflexions sur “Le code Télémaque

  1. Ping : LA REVUE HEBDOMADAIRE DU WEB MAÇONNIQUE - GADLU.INFO - Franc-Maçonnerie Web Maçonnique

  2. Ping : LA REVUE HEBDOMADAIRE DU WEB MAÇONNIQUE - GADLU.INFO - Franc-Maçonnerie Web Maçonnique

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.