Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , ,

la-religion-t1-tannhauserDescription de l’ouvrage

Malte, mai 1565

Les chevaliers chrétiens de l’ordre des Hospitaliers, aussi nommé la Religion se préparent à l’invasion de l’île par Soliman le Magnifique et ses 45.000 « lions de l’Islam ». A un contre cinq, le combat semble perdu d’avance et le siège qui se prépare s’annonce d’une violence inouïe. Pour parer à la faiblesse de ses troupes, le grand maître La Valette décide de convoquer Mattias Tannhauser. Ancien janissaire du sultant, devenu trafiquant d’armes et d’opium, il connait parfaitement les deux camps. Indifférent aux intérêts de l’ordre, il ne s’engage dans le conflit que pour venir en aide à la comtesse Carla de la Penautier, signant leur aller simple pour l’enfer …

Survivrez-vous au plus grand siège de l’Histoire ?

Avis :

Adapter une œuvre sous un autre format est toujours un pari risqué. Nous pouvons tous citer des déconvenues et des succès plus ou moins mitigés car certains puristes trouvent toujours à dire. Adapter le fabuleux roman de Tim Willocks est un défi audacieux ! Un roman historique d’une rare intensité avec de multiples détails et des rebondissements à toutes les pages, le faux pas n’est pas permis.

J’entends déjà la critique (facile) dire : « Avec cette BD, on ne peut plus imaginer les personnages, les évènements, … » ou « On nous mâche le plaisir de lecture et je n’imaginais pas ceci ou cela », mais je vous rassure tout de suite, le premier tome de cette quadrilogie est un véritable petit bijou ! Il faut absolument le souligner mais rare sont les œuvres qui sont respectées. Certes, il y a l’un ou l’autre détail qui change mais c’est en fonction de l’arc scénaristique.

Avec le roman, le récit vous transmet le caractère des personnages. La BD les complète, les peaufine mais elle apporte une nouvelle dimension. L’image ! Luc Jacamon a tout compris. Son génial coup de crayon a réussi à leur donner vie. Mattias Tannhauser est vraiment charismatique. Carla est une superbe jeune femme et Ludovico a ce petit quelque chose qui vous fera penser à F. Murray Abraham dans Le Nom de la Rose. Disons-le, les protagonistes ont de la gueule !

Vous voilà partis pour 80 pages d’une aventure extraordinaire. Vous quittez la Sicile pour l’île de Malte et dans votre voyage, vous aurez droit aux somptueuses mises en couleurs. Des couleurs chaudes de la Méditerranée à la noirceur de la nuit et des âmes. Le dessinateur maîtrise à la perfection sa palette. Les quelques doubles-planches auront de quoi vous émerveiller mais aussi vous terrifier.

Pour rappel, La Religion sera adaptée en 4 tomes. Dans un précédent article, je me posais des questions sur le contenu de cet album et si les auteurs posent les bases de l’aventure avec le massacre de la famille Tannhauser et la rencontre avec le jeune Mattias. Après cet évènement, nous plongeons directement dans le conflit politco-religieux qui agite l’île de Malte avant le siège par l’armée ottomane.

Au fil de la lecture, on rencontre les autres personnages, les adjuvants comme les opposants. Bors de Carlisle, l’ami fidèle de Mattias Tannhauser, ou Carla de la Penautier et sa dame de compagnie, Amparo pour soutenir le héros dans son combat. Ludovico Ludovici, l’inquisiteur et son homme de main, Anacleto. L’affrontement entre le mercenaire et l’ecclésiastique se fait à distance mais il promet une confrontation digne de ce nom.

On pourrait regretter l’absence de la formation militaire de Mattias au sein de l’armée ottomane mais aussi sa relation avec Solimane. Je suppose qu’il y aura quelques flashbacks dans le prochain opus et qui nous montrera comment celui qui  était destiné à devenir forgeron est devenu l’un des mercenaires les plus puissants de la Méditerranée.

L’album se termine au moment où le siège débute. Et là, un gros moment de frustration, car vous venez de tourner la dernière page de cette BD page turner. Ah oui … Détail non-négligeable, La Religion ne serait pas La Religion sans « quelques » gouttes d’hémoglobine.

Biblio :

WILLOCKS, Tim. JACAMON, Luc. LEGRAND, Benjamin. Tannhauser. Bruxelles, Paris : Casterman, 2016. 80 p. (La Religion; 1) ISBN 978-2-203-09348-5

Publicités