La relique du chaos : le point ! (màj : 14/05/20)

Photo publiée sur le profil Facebook de Jacques Ravenne

Il est là ! Il est tout beau ! Il est tout chaud ! Il vient de sortir du four ou plutôt de l’imprimerie, le très attendu tome final du cycle du Soleil noir ! La relique du chaos (ex-Les cathédrales de feu) va achever la trilogie initiée en 2018 avec Le triomphe des ténèbres, puis en 2019 avec La nuit du mal (ex-Le règne des furies).

Décryptage de la couverture

Faisons un rapide décryptage de la couverture. Oublions le code couleur qui a été proposé en 2018 avec les 3 couvertures qui proposaient une charte graphique de 3 couleurs, le gris pour Le triomphe des ténèbres, le noir pour La nuit du mal (ex-Le règne des furies) et le rouge pour La relique du chaos (ex-Les cathédrales de feu).

Premier détail, l’an dernier, nous avions eu droit à une couverture noire avec des teintes d’ocre dorée. Cette année, nous avons le même noir avec des nuances de jaune flashy. On notera que la couverture reste fidèle à ce qui a été fait en 2019. La charte typographique reste la même

Second détail, c’est la croix gammée qui était fendue sur la version poche du premier tome, s’écarte avec le second avec ce nouvel opus, le symbole semble bel et bien coupé en deux. Irons-nous jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale ?

Troisième détail, sur la couverture de La nuit du mal, nous avions droit à des symboles alchimiques et à une représentation de la hiérarchie des anges. Avec La relique du chaos, nous avons un ciel étoilé où des constellations ont été représentées. Peut-être que les plus perspicaces prendront une carte vectorielle du ciel donneront le nom des constellations.

Mise à jour au 14/05/20 : Lors de la première version de cet article, je vous ai parlé ce de personnage avec les bras levés vers le ciel. Ici, nous avons la première de couverture sans le bandeau publicitaire. Je vous ai parlé de mon idée de représentation du dieu Atlas. Ici, on voit très bien qu’il s’agit d’un personnage féminin. Est-ce une interprétation de la désse Nout voire d’une interpréation de la déesse Nout ? Ou une interprétaion du sacrifice d’Andromède pour représenter Tristan Marcas en Persée avant de sauver le monde de la guerre occulte qui se joue ? Hum hum à voir si tout ça à un rôle à jouer.

Les attentes …

Mes attentes restent les mêmes que celles que j’ai évoquées à la fin du mois de février.

Du Tibet à l’Espagne et de Londres à Berlin en passant par Venise, le duo nous envoie sur la place Rouge pour découvrir la dernière swastika. On ira sûrement à la rencontre du Tsar Nicolas II et j’imagine bien que son assassinat et celui de sa famille est en lien avec l’ultime relique. Je suis même prêt à parier que le contreversé Rapoustine aura son mot à dire. Mais ne mettons pas la charrue avant les boeufs

L’un des enjeux majeurs de cette saga, c’est de connaître le lien entre Tristan et Antoine. Si un lien de sang existe entre les 2 Marcas, on ne sait rien sur celui-ci. Père et fils, grand-père ou petit-fils ? Et du côté de la mère ou de la grand-mère, verrons-nous la résitante Laure ou Erika Von Essling prendre le dessus ? Est-ce que Antoine est sous l’influence des swastikas après avoir été mis hors-jeu à la fin de Conspiration. Est-ce le signe d’une nouvelle trilogie ? Why not ! Mais c’est le délire du lecteur.

Verdict le 13 mai, non … le 27 mai, non plus, … le 3 juin 2020 !

Description de l’ouvrage

Mise à jour au 14/05/20 : Juillet 1942. Jamais l’issue du conflit n’a semblé aussi  incertaine. Si l’Angleterre a écarté tout risque d’invasion,  la Russie de Staline plie sous les coups de boutoir des  armées d’Hitler. L’Europe est sur le point de basculer.

À travers la quête des Swastikas, la guerre occulte se déchaîne pour tenter de faire pencher la balance. Celui  qui s’emparera de l’objet sacré remportera la victoire.

Tristan Marcas, agent double au passé obscur, part à la  recherche du trésor des Romanov, qui cache, selon le  dernier des tsars, l’ultime relique.

À Berlin, Moscou et Londres, la course contre la montre  est lancée, entraînant dans une spirale vertigineuse Erika,  l’archéologue allemande et Laure, la jeune résistante  française…

GIACOMETTI, Eric. RAVENNE, Jacques. La relique du chaos. Paris : éditions JC Lattès, 2020. 450 p. (Le cycle du Soleil noir ; 3). ISBN 978-2-7096-6336-6

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.