L’édition maçonnique

Quatrième de couv’:

Certains prétendent que les francs-maçons écrivent beaucoup mais lisent peu ! Avec une bonne centaine d’auteurs en activité et autant d’ouvrages en français chaque année, le marché du livre maçonnique est un marché de niche avec une production difficilement appréhendable par les profanes, et parfois même par les initiés !

Alors que le domaine de l’édition évolue, Cette recherche vise à explorer l’écosystème très particulier de l’édition maçonnique et à examiner ses transformations.

Qui sont les auteurs ? Qu’écrivent-ils ? Qui sont les meilleurs vendeurs ? Quelles sont les particularités des ouvrages maçonniques ? Qui les édite ? Comment ces livres spécialisés trouvent-ils un public ? Quelques-unes des questions traitées ici par Jiri Pragman dans ce qui est aussi un guide.

En quelques mots :

Voici un ouvrage qui mérite d’avoir sa place sur ce blog. Un ouvrage qui décrypte les aléas de ce « microcosme » qu’est l’édition maçonnique.

J’ai été tout d’abord surpris par le terme « écosystème » et je viens d’employer le terme « microcosme ». Si les deux termes sont très ressemblant, Jiri Pragman qui en est à son neuvième livre, nous offre un cliché à un moment donné du monde de l’édition, du marché du livre maçonnique et de ses acteurs.

Un peu plus de la moitié de l’ouvrage est consacré aux pérégrinations que les auteurs doivent mener face aux éditeurs et aux différents modes d’édition. Ce n’est pas nouveau d’affirmer que l’édition maçonnique est un marché de niche réservé à un petit nombre d’élus et l’auto-édition semble être une solution. Lorsqu’on repense aux termes « microcosme » et « écosystème », la symbiose entre les deux acteurs majeurs du livre n’est pas si idyllique que ça et nous renvoie à la loi de la jungle, c’est-à-dire « manger ou être mangé ».

Le reste du livre est consacré à la diffusion, à la promotion et aux autres formes du livre. On se rend vite compte que dans ce constat, que la diffusion et la promotion sont des étapes primordiales et qui me font penser quelques fois à de l’artisanat. La promotion d’un ouvrage semble parfois se faire avec deux bouts de ficelle et du papier collant. MacGyver peut s’avérer être une grande source d’inspiration …

Qui dit diffusion et promotion, dit rencontre avec les autres acteurs du livre ! Libraires, blogueurs, réseaux sociaux et autres salons sont les meilleurs moyens pour rencontrer son lectorat. Si le livre est vu par certains comme un objet sacré, il reste un puissant moteur pour contrevenir aux pensées antimaçonniques qui circulent sur le net.

En tant que l’un des acteurs de la chaîne du livre, je me pose parfois la question de savoir si mon travail a une influence sur le choix des lecteurs. En tant que blogueur, je suis fier de ma spécialisation qui est l’imaginaire maçonnique et ésotérique. Je pense que d’autres blogueurs sont plus à même que moi de débattre sur des « ouvrages spécialisés ». Et si vous ne le savez encore, je suis un fervent défenseur de la littérature de l’imaginaire. Le travail qui est demandé à un auteur est aussi conséquent que celui qui écrit un ouvrage spécifique.

Une petite dose de narcissisme n’a jamais fait de mal à personne

Au final, que retenir de ce livre ? L’édition maçonnique est un écosystème où la symbiose n’est pas celle qui paraît. La relation auteur-éditeur n’est pas toujours dès plus aisée et la rétribution dès plus honnête. Il existe des alternatives pour être publié et reconnu. La promotion et la diffusion semblent parfois tenir du chemin de croix. Tout cela semble en contradiction étant donné la place que certains semblent donner au livre.

Biblio :

PRAGMAN, Jiri. L’édition maçonnique. publié à compte d’auteur. 159 p. [Mention sur la première de couverture : « Quand les francs-maçons lisent et écrivent »]. ISBN 978-1-0099-75694-8

5 réflexions sur “L’édition maçonnique

  1. Jiri Pragman

    Merci pour cette lecture attentive. Je me suis également posé des questions sur l’impact d’un blog en termes de ventes du ivre recensé. J’ai parfois eu plus e sentiment que l’article ne faisait que susciter des commentaires à partir de ce qui est dit du livre (c’est-à-dire à partir d’une lecture personnelle de l’ouvrage) voire d’une phrase ou d’un mot de l’article en question plutôt que d’amener le lecteur à passer à l’acte d’achat.

    1. Cela pourrait être le chapitre d’un prochain ouvrage. Chroniques et commentaires sur les blogs ou les pages des sites marchands ont-ils une réelle influence sur le choix du lecteur ?
      Sur des pages et des groupes de blogueurs littéraires, je vois régulièrement des personnes lire au même moment un même livre, avoir des avis dithyrambiques et où il ne fait pas bon d’avoir un avis différent au risque de se faire démolir par la critique.

  2. Ping : LA REVUE HEBDOMADAIRE DU WEB MAÇONNIQUE - GADLU.INFO - Franc-Maçonnerie Web Maçonnique

Répondre à Littérature maçonnique Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.