Étiquettes

, , , , , , , , , , , , ,

Dans moins d’un mois sort le nouveau roman d’Eric Giacometti et de Jacques Ravenne. Celui-ci est intitule « Le triomphe des ténèbres ».  Ce roman est le premier d’une trilogie nommée « Cycle du Soleil noir ». On connait également le titre des deux autre volumes. Ils se nomment « Le règne des furies » et « Les cathédrales de feu ». « Le triomphe des ténèbres » sort le 4 avril prochain chez JC Lattès.

Quelques jours auparavant, Jacques Ravenne avait partagé une photo d’un manuscrit de 475 pages sur le groupe Facebook officiel Antoine Marcas. On peut donc tabler sur un roman de +/- 520 pages. Et si les première infos ont commencé à fuser sur divers sites, la communauté marcassienne s’est enflammée pour savoir si Antoine Marcas serait bien de retour. Dès lors, nous avons eu droit à une forme de réponse qui est « Ce n’est pas un Marcas, mais c’est un Marcas … » Information à interpréter comme on veut.

Concrètement que sait-on cet opus ?

Alors que l’Europe se prépare à plonger dans la guerre, une expédition nazie s’enfonce dans une vallée oubliée de l’Himalaya. Pourquoi Himmler a-t-il envoyé envoyé ses SS s’emparer d’un sanctuaire tibétain ? Que sont-ils venus chercher ? Et pourquoi leur opération secrète s’est-elle transformer en bain de sang ?

Au même moment, en Espagne, lors du pillage du monastère de Montserrat, Tristan dérobe un tableau qui va mettre les nazis sur sa trace. Capturé, il va devoir collaborer avec l’Ahnennerbe, la plus énigmatique des organisations SS.

De Londres à Berlin, de Churchill à Hitler, nul ne sera épargné par cette quête de sang. Une saga où l’histoire occulte fait rencontrer les acteurs majeurs de la Seconde Guerre mondiale et des personnages aux destins d’exception : Tristan, le trafiquant d’art au passé énigmatique, Erika la ténébreuse archéologue allemande, Malorey, l’agent anglais habité par la vengeance, Laure, l’héritière des Cathares, le colonel Weistort, l’âme damnée d’Himmler.

Tous emportés par la quête du soleil noir et de l’ésotérisme.

Un nouvel éclairage sur l’histoire :

  • Septembre 1934 : Les nazis fondent, au château du Wewelsburg, un centre initiatique pour les SS.
  • Eté 1935 : Les SS créent l’Ahnennerbe, un institut de recherche universitaire d’étude archéologique et ésotérique.
  • Automne 1938 : Une expédition SS est envoyée au Tibet pour découvrir les origines de la race aryenne.
  • Octobre 1940 : Himmler, le chef de la SS, se rend au monastère de Montserrat, en Espagne, pour chercher le Graal.
  • 1940-1944 : En France, tous les grands sites archéologiques (Carnac, les Eyzies, Montésgur, …) sont systématiquement fouillés par les Nazis.

La couverture ?

La couverture est très belle, très sobre. Elle fait penser à la première enquête d’Antoine Marcas, « Le rtiruel de l’ombre ». Le choix de la police d’écriture rappelle bien entendu le style germanique. On joue avec le rouge, le noir et les nuances de gris. La swatika et les tentacules qui en sortent, font penser au mal qui va répandre sur le monde et l’étouffer. En fait, je suis conquis par celle-ci.  Vous avez ci-dessous une capture d’écran de la vidéo publiée par les éditions Lattès concernant les deux autres opus du Cycle du Soleil et avouons qu’elles sont de même nature.

A quel rythme, vont être publiés les deux autres romans ?

La bonne question que voilà ? Pour le moment, on ne sait pas encore répondre. La solution la plus simple serait un roman par an. Donc, on aurait 2018, 2019 et 2020. Le duo Giacometti/Ravenne a très certainement travaillé très dur et on pourrait imaginer une sortie à la fin 2018 et une autre à la mi-2019. Tout cela est purement hypothétique.

Marcas ou pas Marcas ?

Il est l’heure d’établir nos petites hypothèses. Avec des petites phrases comme « Ce n’est pas un Marcas, mais c’est un Marcas … », il n’en faut pas plus à un esprit comme le mien pour établir toute une série d’hypothèses qui se tiennent.

Primo, Antoine Marcas n’est pas le héros de cet opus. Du moins après ce que je viens de dire plus haut, difficile de le placer quelque part. Donc j’imagine qu’on le retrouvera soit au début et/ou à la fin du roman. Pourquoi me direz-vous ? Souvenez-vous qu’à la fin de Conspiration, il a été assommé, mis hors-jeu par on ne sait qui. On pourrait très bien imaginé que le kidnappeur raconte à Antoine Marcas les évènements du Triomphe des ténèbres. J’imagine donc une alternance des chapitres mais pas forcément des époques sauf peut-être au début ou à la fin.

Secundo, pour « Le règne des furies », j’ai pensé à l’alternance des chapitres entre le passé et l’époque contemporaine mais Antoine Marcas reste un acteur secondaire. Les chapitres de l’époque contemporaine sont moins nombreux mais son histoire gagne en intensité avant la révélation finale.

Tertio, pour « Les cathédrales de feu », un alternance classique, 50/50. Antoine Marcas découvre les origines du Soleil noir, s’en prend plein la figure pour pas un rond et finalement triomphe. On pourrait également imaginer la présence du père d’Antoine jouant un rôle dans l’ensemble de l’intrigue. D’où l’idée du Marcas, pas Marcas.

Réponse à toutes ces hypothèses le 4 avril !