L’Odre du Chaos, tome 6 : Albert Einstein

Description de l’ouvrage :

Les Veilleurs constituent une confrérie secrète chargée d’équilibrer le bien et le mal afin d’éviter un cataclysme annoncé depuis 1460 et prévu pour le début du XXIe siècle. Ce 6e et dernier épisode, dont l’action se situe entre 1927 et 1939, met en scène un Albert Einstein aux prises par deux fois avec les conjurés qui cherchent à lui soutirer les secrets de fabrication de la bombe atomique.

En quelques mots :

Sixième et dernier tome de la saga « L’Ordre du Chaos ». Cet épisode se concentre sur un épisode de la vie du plus grand scientifique de tous les temps, Albert Einstein. Sorti deux ans après le tome 5 sur Talleyrand, il était vivement conseillé de relire la saga pour situer les enjeux qui existent entre les Veilleurs, les rouages et les contre-rouages.

Je pensais trouver une confrontation à distance entre Einstein et Hitleret finalement, on se retrouve un scénario qui se situe entre le thriller et le huis-clos. Pas d’affrontement, pas de menace ultime, nada, que dalle, peau de balle !

Du point de vue du thriller, celui-ci évoque la relation particulière qu’Albert Einstein avait avec les femmes, sa fille et l’importance de ses recherches. Dans un même temps, les nazis tentent éperdument de mettre la main sur la formule du scientifique concernant la fission de l’atome. Pour ce qui est du huis-clos, tout au long de l’album, Einstein fait face à son Veilleur, l’agent Nancy qui avait tenté de le recruter en son temps.

Avec un scénario un peu mou, le coup de génie qui sauve cet album viendra du coup de crayon du dessinateur argentin Gabriel Ippoliti. Après Alexis Alexander, les auteurs changent de style. Les planches de l’argentin me font penser à des photos d’avant-guerre. Les nuances de blanc, de noir, de sépia ont quelque chose de très profond. Les cases sont d’une réelle beauté. Couleurs, nuances diverses, floutage et autres techniques ont tendance à nous faire oublier l’histoire.

Alors comment tout ça se termine ? Tout se termine en eau de boudin ! On connait tous l’issue de la Seconde guerre mondiale et donc, on pouvait s’attendre que la confrontation entre rouage et contre-rouage continuerait au 21ème siècle, surtout que nous avons quelques spécimens qui peuvent jouer le rôle de rouage. Je veux pour exemple la blonde peroxydée de la Maison Blanche ou le nabot nord-coréen. En fait, la prophétie d’Eusébius tombe à l’eau. Elle était réelle mais totalement erronée. Pas de Souverain unique, pas de fin du monde, pas d’apocalypse mais simplement un crash aérien. Rien d’exaltant ! Si la série s’achève par une pirouette indigne, retenons tout de même que celle-ci a eu droit à quelques beaux albums.

Biblio :

PEREZ, Damien. RICAUME, Sophie. IPPOLITI, Gabriel. Albert Einstein. Paris : Delcourt, 2016. 56 p. (L’Ordre du Chaos ; 6). ISBN 978-2-7560-2483-7

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.