Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , ,

litterature-adulte2Quatrième de couv’ :

29 septembre 1978 : le pape Jean-Paul Ier est retrouvé mort dans son lit, trente-trois jours après son élection. Officiellement, il a succombé à un infarctus. Le secrétaire général du Vatican empêche toute autopsie et précipite l’embaumement du corps…

Londres, 2006 : la jeune journaliste portugaise Sarah Monteiro trouve dans son courrier une étrange liste de noms. Quelques minutes plus tard, elle échappe de justesse à une tentative d’assassinat grâce à l’intervention d’un certain Rafael.

De l’Angleterre au Portugal, des États-Unis au Vatican, Sarah et Rafael se retrouvent confrontés à une mystérieuse organisation prête à tout pour les éliminer : quels secrets cherche-t-elle à protéger ?

En quelques mots :

Le dernier pape est un roman de l’auteur portugais, Luis Miguel Rocha. Ce roman s’inscrit comme étant le premier d’une quadrilogie nommée : « Complots au Vatican ». Les romans sont publiés aux éditions de l’Aube. Actuellement, trois romans sont parus. Les lecteurs peuvent découvrir La balle sainte et Le mensonge sacré. La fille du pape reste à paraître. Le dernier pape a été édité chez Folio en juin 2016. Au rayon des mauvaises nouvelles, Luis Miguel Rocha est décédé le 26 mars 2015, des suites d’une longue maladie. Il avait 39 ans.

Il est difficile de ne pas faire la comparaison avec José Rodrigues dos Santos, surtout que ce dernier verra son nouveau roman intitulé Vaticanum arriver dans les librairies le 27 avril prochain. La plume des auteurs est vive, nerveuse et nous prouve que les Lisutaniens ont énormément de talent. Le dernier pape est un roman traduit dans une vingtaine de langues et est reconnu comme l’une des meilleures ventes selon le New-York Times.

Partant de la mort du pape Jean-Paul Ier, l’auteur portugais tisse une toile impressionnante où chaque ramification vous emmène vers les aspects les plus sombres du Vatican. Luis Miguel Rocha mêle à la fois l’enquête journalistique et le thriller ésotérco-religieux. On pense avoir tout lu et tout écrit sur le Vatican, la religion catholique et autres bondieuseries. On pense tout savoir sur la mort de Don Albino, alias Jean-Paul Ier. On pense tout connaître sur la loge P2 et son charismatique grand maître Licio Gelli. L’auteur exploite une intrigue réaliste et nous offre une nouvelle lecture de ces évènements et disons-le, on a envie d’y croire. En un mot, c’est perturbant !

Les années du Christ seront mes jours. Aujourd’hui, c’est le vingt-cinquième jour de mon pontificat, et le Christ a vécu trente-trois ans.

Jean-Paul Ier

C’est au lecteur de faire le tri mais rencontrer des personnages comme les cardinaux Marcinkus et Villot, se plonger dans méandres financiers de la Banco Vaticana et la Banco Ambrosiano. Voir ce triangle entre la CIA, le Vatican et la P2 et le jeu de marionnettes qui en résulte peut vous glacer le sang.

Une journaliste portugaise, Sarah Monteiro reçoit après son retour de vacances, un étrange courrier avec une liste de noms et un code secret. La malheureuse n’a pas le temps de profiter de son retour qu’on souhaite l’assassiner pour récupérer ces documents. Et comme dans tous malheurs, il y a quelque chose de bon, un ange vient la sauver. L’ange Rafael mieux connu sous le nom de Jack Payne est un personnage avec de multiples facettes.

Qui en veut à cette journaliste ? La CIA ? La P2 ? Le Vatican ? Son père, ancien de membre de la Propaganda due détient-il la clé du mystère ? Sarah est au cœur d’une dès plus terribles machinations de l’histoire contemporaine.

Alors inutile de noircir le tableau, les faits sont assez sombres, comme les soutanes des ecclésiastiques de la cité du Vatican et Luis Miguel Rocha les agence subtilement. Le roman est conçu de façon intelligente et on évite de crier au complot à toutes les pages. Niveau écriture, on a quelque chose de fluide voire même de posé mais ne vous endormez pas. L’écriture est à la fois nerveuse et très descriptive. Tout comme pour une partie d’échec, l’auteur dispose ses pions et au moment fatidique, il frappe. Bref, Luis Miguel Rocha sait comment ménager son public et son découpage scénaristique est proche d’un film d’action. Il nous guide, nous prend par la main et fait mouche. Le seul véritable regret, c’est sa trop rapide disparition.

Le tome 2 de Complots au Vatican est sorti en grand format aux Éditions de l’Aube en octobre 2015. Le format poche verra le jour, le 8 juin prochain chez Folio. Un rendez-vous estival à ne pas louper.

Biblio :

  • ROCHA, Luis Miguel. Le dernier pape. La Tour-d’Aigues : Éditions de l’Aube, 2015. 485 p. (L’Aube noire. Complots au Vatican ; 1) ISBN 978-2-8159-0837-5
  • ROCHA, Luis Miguel. Le dernier pape. Paris : Folio, 2016. 592 p. (Folio Policier ; 797. Complots au Vatican ; 1) ISBN 978-2-0704-6868-3
Advertisements