Mots-clefs

, , , , , , , , , , , ,

jeremiahQuatrième de couv’ :

Avril 1865. La guerre de Sécession tire à sa fin, et les membres d’une société secrète confédérée, les Knights of the Golden Circle, sont réunis au St. Lawrence Hall Hotel, à Montréal. Leur but : planifier une éventuelle reprise des hostilités et encaisser des traites bancaires américaines d’une valeur de 2,5 millions de livres sterling. Parmi eux, John Wilkes Booth, futur assassin du président Abraham Lincoln, a en sa possession un objet encore plus précieux.

Février 1892. Des Noirs montréalais sont sauvagement torturés et assassinés à la manière caractéristique du Ku Klux Klan. Le journaliste du Canadien Joseph Laflamme se lance sur l’affaire en compagnie de l’inspecteur Marcel Arcand, du Département de police de Montréal. Ils croiseront la route d’un personnage légendaire que l’on croit mort depuis 1882 et qui ne reculera devant rien pour retrouver ce que Booth a caché à Montréal.

Avis :

Faut-il encore vous présenter Hervé Gagnon ? Faut-il encore lui faire des éloges pour son talent ? Hervé Gagnon a signé en 2015 la suite des aventures de Joseph Laflamme avec un thriller intitulé « Jeremiah ». Avec « Jack », nous avons visité les côtés les plus obscurs de l’Homme. Avec « Jeremiah », l’auteur continue à explorer la noirceur mais à un autre niveau. Frissons garantis.

Dès les premières lignes, nous sommes happés par le talent de l’auteur. On se plonge tout de suite dans l’ambiance. On se voit dans le Montréal de la fin du 19ème siècle. On retrouve Joseph, Emma et leurs amis quelques mois après les tragiques évènements liés à l’Éventreur. Joseph semble être un journaliste réputé. Emma est une modiste de renom et courtisée par l’ex-agent du Yard, George McCreary. L’inspecteur Marcel Arcand fidèle à lui-même, reste l’un des plus fins limiers de la police. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, le cauchemar commence rapidement. On retrouve un Joseph Laflamme sur le point d’être initié à la Grande Loge du Québec lorsqu’un meurtre effroyable est survenu. Que s’est-il passé ? Qui est la victime ? Un homme noir a été tabassé, pendu et dont le corps a été lacéré de 3 mystérieux K.

Ce premier meurtre racial marque le début d’une série de crimes qui va mêler une histoire intense entre le Ku Klux Klan, les Knights of Golden Circle et la franc-maçonnerie. Le tout est évidemment très bien documenté et on ressent le plaisir prit par Hervé Gagnon. Sur l’échelle du plaisir, on obtient un excellent 9,5/10 car le mix entre les faits historiques et le talent d’écriture de l’auteur fait que le tout s’enchaîne à une rapidité déconcertante. Hervé Gagnon manipule les mots comme il manipule le lecteur.

Si le roman fait la part belle aux sociétés secrètes, aux codes indéchiffrables et autres jeux de piste que les thrillers ésotériques, il compte quelques faits liés aux personnages. On notera que Joseph Laflamme a été abusé lors de son passage à l’orphelinat. Il y a bien sûr d’autres anecdotes qui donnent de la profondeur aux protagonistes. Mais qui dit des personnages plus profonds, plus épais, dit que nous nous attachons à eux. La relation devient presque intime.

En matière de sociétés secrètes et des faits évoqués, nous connaissons tous  les horreurs commises par le Ku Klux Klan,je n’avais jamais pensé aux meurtres raciaux des francs-maçons de couleur. L’auteur en fait mention et vous amène à réfléchir à la question des agissements du Klan. La part de vérité historique nous amène découvrir certains aspects méconnus. En tant qu’Européen, c’est une véritable plongée historique dans le monde de ces sociétés secrètes et en particulier de la franc-maçonnerie nord-américaine.

La rencontre avec des hommes comme John Wilkes Booth est dérangeante. L’assassin d’Abraham Lincoln aurait été selon l’auteur franc-maçon mais aussi membre des Knights. J’avoue qu’on sent un petit malaise lorsqu’on découvre ce fait. La fin du roman vous amène à découvrir une Légende de l’ouest américain. Un personnage qu’on rencontre à divers moments et qui s’avère être le grand gagnant, mais ne vous en faîtes pas le happy ending vous fera plaisir.

Il est difficile de ne pas tout vous raconter mais sachez qu’il n’y a pas de temps mort et si c’est votre première enquête de Joseph Laflamme que vous lisez, vous allez plonger dans un univers riche avec des personnages généreux mais en résumé, retenez qu’Hervé Gagnon vous sert un roman efficace ! Un thriller noir de noir qui fait contraste avec la neige du mois février. Les faits et la rencontre de personnages historiques sont un pur bonheur. Pas de blablas inutiles, de l’action et un jeu de piste au cœur de Montréal, voilà les ingrédients de ce thriller.

Biblio :

GAGNON, Hervé. Jeremiah. Montréal : Libre Expression, 2015. 353 p. (Expression noire ; Une enquête de Joseph Laflamme, 2) ISBN 978-2-76481-061-3

Publicités