Mots-clefs

, ,

PDA-KupfermanSeconde chronique « Paroles d’auteur » pour bien terminer l’année 2015 et c’est Laurent Kupferman qui s’est prêté au jeu de l’interview.

Laurent Kupferman est essayiste et chroniqueur littéraire. Il a publié plusieurs ouvrages en collaboration avec Emmanuel Pierrat (Les grands textes de la franc-maçonnerie décryptés. Ce que la France doit aux francs-maçons. Le Paris des Francs-Maçons). Dernièrement, il a écrit avec Jacques Ravenne, l’ouvrage : « Les Aventuriers de la République ».

Je vous propose de découvrir une rencontre riche et très intéressante avec un auteur exceptionnel !

Les Aventuriers de la République est votre dernier né mais comment est venue l’idée d’écrire un tel ouvrage ?

Jacques et moi avons fait le constat qu’il est devenu, depuis peu, et c’est une bonne chose, de citer les valeurs républicaines. Mais en réalité, au delà de cet élan salutaire, qui connaît réellement les principes de la république que contiennent les beaux mots de Liberté, d’Egalité, de Fraternité, de Solidarité et de Laïcité. C’est afin de répondre à cette attente que nous avons écrit cet ouvrage qui met en avant 20 personnages qui ont œuvré à donner du sens et du corps à la citoyenneté.

Ce n’est pas votre première collaboration avec un co-auteur, mais comment travaille-t-on avec Jacques Ravenne ?

Ecrire avec Jacques Ravenne est un réel plaisir. Outre que ses talents de romancier ne sont plus à démontrer c’est un homme cultivé, fin. Un homme rare. Sans vouloir dévoiler de grands secrets, il n’est pas exclu que notre collaboration ne s’arrête pas là. Par ailleurs je veux rendre un hommage particulier à Eric Giacometti, qui est, comme Jacques, un homme d’exception. Ils ne sont pas trouvés par hasard.

Il semblerait que le marquis de Sade joue quelques fois le rôle de fil conducteur. Fausse idée ou réel fil conducteur ?

Le marquis de Sade est un personnage que Jacques aime beaucoup. Quand je lui ai fait remarquer qu’il était comme un fil rouge il m’a dit « oui c’est vrai ». Pour ma part j’ai beaucoup d’affection pour Léon Bourgeois. Le personnage est moins pittoresque, mais sa pensée est d’une modernité incroyable. Et faire remettre dans la lumière un homme injustement tombé dans les oubliettes de l’histoire est pour moi un réel plaisir.

Quelle personnalité a demandé le plus de travail ? Laquelle de ces multiples personnalités est votre préférée ?

Au-delà de Léon Bourgeois , j’aime Maria Deraismes. C’est une bourgeoise qui aurait pu jouir de ses millions dans une vie rangée. Elle n’a pas choisi cette voie là. Elle a mit sa fortune et sa vie privée au service d’une idée : l’égalité en droit entre les femmes et les hommes au sein de notre République. C’est un combat qui n’est pas terminé, mais, rappelle-t-elle , n’oubliez jamais que l’infériorité des femmes n’est pas un fait de la nature. C’est une invention humaine et une fiction sociale.

À l’heure d’aujourd’hui, existe-t-il de nouveaux Aventuriers ?

C’est compliqué de discerner les personnalités saillantes de notre époque. Cependant je voudrais citer la courageuse Simone Veil, et la grande conscience qu’est Robert Badinter !

Publicités