Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , ,

fraternités-1804-lordre-manipuléDescription de l’ouvrage :

Gaston Baudecourt est souffrant. Paul a disparu depuis près de onze ans et c’est René, son cadet, qui est devenu le numéro 2 du journal. Le puissant ministre de la police, Joseph Fouché, compte bien utiliser Fraternités et les francs-maçons comme soutiens sans faille à Napoléon Bonaparte dont le sacre est proche. Pour cela, Fouché noyaute et surveille toutes les loges maçonniques.

Avis :

Annoncé comme l’un des rendez-vous de l’été 2015, voici enfin le retour de la famille Baudecourt des éditions Delcourt. Ce nouvel opus, annoncé à la fin de l’année 2014, vient seulement de paraître, il nous a fallu attendre presque 2 ans pour découvrir ce second tome.

Les années ont passé et René, le cadet de la famille est devenu le Numéro 2 du journal « Fraternités » et le Vénérable Maître de la loge que son père a fondé. Au même moment, le journal est devenu l’attention du pouvoir bonapartiste, alors que le sacre de Napoléon est tout proche. Certaines éminences grises tentent de mettre la main sur journal. Louis Chasseneuve est un avocat doué, manipulateur qui propose une reconnaissance ultime à René Baudecourt et au journal « Fraternités ». Derrière cette proposition alléchante se cache un piège machiavélique tendu par le ministre Fouché. L’objectif de Fouché, avoir un contrôle total sur la franc-maçonnerie.

Après un premier tome sur fond de Révolution française, Jean-Christophe Camus a appliqué la même recette. Si en coulisse, le lecteur assiste à la naissance du premier Empire, le développement de l’intrigue se fait autour de la famille et des liens fraternels entre les frères Baudecourt. Le tout bien évidemment mêlé aux enjeux de la franc-maçonnerie.

Ce tome est une belle leçon d’histoire et permet de découvrir voire de redécouvrir Joseph Fouché ou l’accession au pouvoir de Napoléon Bonaparte. Bien que cela aurait rajouté une plus value à l’album de voir un peu plus le ministre de la police et l’Empereur des Français. Si on continue sur les aspects « négatifs » de l’album, il y a tout d’abord le manque de charisme de Louis Chasseneuve. Ce maître manipulateur joue avec les frères Baudecourt mais il lui manque ce petit quelque chose qui aurait de lui, un vrai « méchant ». La dernière remarque concerne la « fin heureuse » qui est trop rapide à mon goût. La réconciliation des deux frères, la vie de famille, le journal, … Enfin, cela reste pardonnable.

Ramon Rosanas a laissé sa place à Bernado Munoz et on pouvait craindre un changement dans le style mais le dessinateur nous livre un travail très soigné qui s’inscrit dans la ligne directe du tome précédent. Le coup de crayon de Munoz nous montre une certaine exigence et cherche à s’inscrire dans une certaine rigueur. Rien n’est laissé au hasard. On notera aussi que la division en plusieurs séquences est moins importante que dans le tome précédent. La mise en couleurs de Dimitri Fogolin est sans appel ! Elle est vraiment superbe.

Un détail non-négligeable, c’est le fait de voir un scénario qui ne joue pas avec les clichés du complot surtout lorsque les auteurs traitent de la « Grande Loge écossaise de France » et des « loges des étrangers ». Un joli tour de force qui devrait plaire au plus grand nombre.

Finalement, le tome 2 de la série « Fraternités » nous offre un grand moment de lecture et d’histoire. Le tome 3, en espérant qu’il soit publié d’ici l’an prochain, nous permettra de faire un saut de 67 ans et nous emmènera en 1871, lors de la période de la Commune de Paris au moment de la Semaine Sanglante. Une autre époque, un autre style pour cette famille au destin incroyable.

Biblio :

CAMUS, Jean-Christophe. MUÑOZ, Bernardo, FOGOLIN, Dimitri. 1804, l’ordre manipulé. 58 p. (Fraternités ; 2) ISBN 978-2-7560-3937-4

Publicités