Étiquettes

, , , , , , , , , , , , ,

Alchimiste, L'Quatrième de couv’ :

Comment refuser lorsqu’un père désespéré vous supplie de tout risquer pour sauver sa fille ? La nouvelle mission de Ben Hope consiste à retrouver un manuscrit médiéval qui pourrait donner une nouvelle chance à cette enfant n’ayant plus que quelques semaines à vivre. Rédigé par l’alchimiste Fulcanelli, le texte contiendrait en effet la formule d’un élixir de longue vie. Depuis les Nazis, jusqu’à la puissante société secrète Gladius Domini, tous ont rêvé de mettre la main sur cette incroyable formule. Et certains sont prêts à tout pour y parvenir… A son tour Ben se lance dans une course effrénée pour découvrir, s’il existe, ce secret dissimulé depuis des siècles.

Avis :

Avant de vous lancer dans une quête pour acquérir ou louer cet ouvrage, sachez qu’il s’agit d’une réédition du roman « Le secret de l’Alchimiste », publié en 2009 chez City éditions. Pour vous rappeler qui est Scott Mariani, disons qu’il se situe au même titre que certains auteurs anglo-saxons, tel que Steve Berry ou James Rollins. Si vous ne connaissez pas encore l’auteur, sachez que celui-ci est un journaliste d’origine écossaise.

L’Alchimiste est la première aventure de Ben Hope. Le héros de Mariani est un ancien S.A.S. reconverti dans le sauvetage d’enfants kidnappés. Étant donné qu’il s’agit de sa première aventure, l’auteur nous montre un héros torturé par son passé et se montre moins triomphant que dans ses autres aventures. Un rôle plus humain. Cela n’empêche pas l’auteur de nous offrir un roman d’aventure bien ficelé qu’on lira avec plaisir au bord de la plage. Bref, il s’agit 100% détente.

Après avoir lu la quatrième de couverture et en feuilletant le livre, on se demande en l’ouvrant si on ne risque pas de faire redondance avec « Le mystère Fulcanelli » d’Henri Loevenbruck. En matière d’ésotérisme, on le sait très bien que les romans fleurissent de partout, mais l’auteur nous livre bel et bien, un roman d’été.

Bien que l’intrigue s’intéresse aux mystères de l’étrange Fulcanelli, les amateurs d’ésotérisme ne seront pas déçus car l’auteur joue avec les clichés comme la fin des Cathares, Rennes-le-château, la pratique de l’occultisme par les nazis et … L’auteur tente de tisser une histoire saisissante avec des chapitres courts et un style nerveux. Évidemment, le roman n’échappe pas aux codes du thriller ésotériques avec des courses-poursuites où la mort est au rendez-vous à chaque tournant, des « gun-fight » ou fusillades si vous préférez et là encore, on se demande quand vont-ils recharger leurs armes et bien entendu, la recherche de précieux artefacts qui eux mèneront à un « trésor » inestimable.

La construction du roman est linéaire voire même prévisible. Les retournements de situation, les codes et autres énigmes répondent présent. Si tous les codes du thriller sont respectés à la lettre, la plongée se veut immédiate. Scott Mariani effleure du bout du doigt tout ce qui touche à l’alchimie pour rendre l’histoire compréhensible au plus grand nombre. Il ne s’est pas embarrassé d’une documentation indigeste et offre au lecteur profane, un avant-goût de l’ésotérisme.

Si nous refaisons un détour vers les personnages, ils sont « ordinaires » et connaissent leurs limites. Les caractères ont quand même du mal de se lever de la page. On pourrait dire chacun chez soi et les mystères seront bien gardés.

Au final, nous obtenons une lecture de plage avec zéro prise de tête. Il ne faut pas s’attendre à un dépouillement approfondi du sujet mais une aventure digne des polars ango-saxons et les amateurs de Cotton Malone et ou des membres de la Sigma Force se réjouiront de dévorer.

Biblio :

MARIANI, Scott. L’Alchimiste. Paris : City éditions, 2015. 480 p. ISBN 978-2-8246-0580-7

Advertisements