Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , ,

Explorateurs de la Bible, LesDescription de l’ouvrage :

Une quête dangereuse, érudite, fascinante.

À Paris, le chercheur Christopher Wertmann reçoit un appel de Dino Lorenzo, responsable des services secrets du Vatican. Il a un travail pour lui. Envoyé en mission à l’École biblique de Jérusalem, le plus ancien centre de recherche archéologique en Terre sainte, Chris doit enquêter sur la récente disparition d’un prêtre dominicain dans les rues de Jérusalem. Or ce dernier était en possession de dossiers ultraconfidentiels, en particulier une carte de fouilles archéologiques qui intéresse de très près l’École. Si, comme les chercheurs le supposent, ce qu’elle mentionne est exact, l’humanité serait au bord de l’une des plus grandes découvertes de son histoire !

Avis :

Le trio Delalande-Bertorello-Lapo revient avec une nouvelle bande dessinée « Les explorateurs de la Bible : Le manuscrit de Sokoka ». Cette aventure nous permet de retrouver le personnage de Christopher Wertmann que nous avions rencontré dans Codex Sinaïtcus, publié chez le même éditeur dans la collection « La loge noire ».

Sept années se sont écoulés depuis les aventures du Mont Sinaï et du Codex. On découvre dès les premières pages, un Christopher Wertmann au bout du rouleau qui se voit confier une mission par le Vatican : enquêter sur la disparition d’un ecclésiastique mais surtout retrouver le trésor du Temple de Salomon.

Un pitch tout à fait intéressant, alors qu’il doit collaborer avec des dominicains, une vieille connaissance en la personne de Judith Guillemarche et un ange gardien du Vatican qui leur servira de garde du corps. Bien évidemment, la petite équipe aura fort à faire avec une société qui tente de mettre la main sur trésor tant convoité.

Cette BD est un one shot spécialement publié suite au 125ème anniversaire de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem et pour les 800 ans de la création de l’Ordre dominicain. On pensait avoir tout écrit et tout lu sur les manuscrits de la Mer Morte et les grottes de Qumran mais le trio tente de nous démontrer qu’il est possible de trouver un nouveau trésor dans la fameuse grotte 12Q.

Ce one shot n’est pas sans rappeler un certain Corpus Christi. L’un des inconvénients de ce genre de format, c’est la rapidité à laquelle se déroule les événements. Certains s’enchaînent sans avoir eu une case ou un phylactère pour effectuer la transition et donc, c’est le lecteur qui doit faire le travail. Avouons-le, c’est parfois pénible de le faire surtout à la fin lorsqu’on pense découvrir le trésor, alors que les héros se le font « voler » par l’armé israélienne. On ignore tout du trésor. Est-ce de l’or ? Un précieux artefact du genre Arche de l’alliance ? Des manuscrits ? On peut tout imaginer, car la fin est ouverte à un seconde tome.

La fin de l’album n’est pas sans rappeler la scène finale des « Aventuriers de l’Arche perdue » où on voit un homme qui pousse une charrette avec le précieux trésor et le ranger dans un entrepôt. Il y a de quoi laisser le lecteur sur sa fin !

Pour ce qui concerne le dessin, on garde le style de Codex Sinaïticus. Pour les traits du « héros », il semble avoir pris de la bouteille, mais cela change rien à son manque de présence. Il se doit faire preuve de courage et montrer toute son érudition pour découvrir le trésor. Je trouve qu’il n’a pas de rôle déterminant.

Biblio :

DELALANDE, Arnaud. BERTORELLO, Yvon. LAPO, Alessio. Les explorateurs de la Bible : Le manuscrit de Sokoka. Paris : Glénat, 2015. 48 p. (Grafica). ISBN 978-2-7234-9849-4

Advertisements