Étiquettes

, , , , , , ,

Dans le cadre du bicentenaire de la bataille de Waterloo, l’Association culturelle et laïque organise une conférence le 9 juin prochain qui s’intitule « Waterloo 1815 : Des francs-maçons dans la tourmente ». La conférence sera animée par Baudouin Decharneux (Directeur du département de philosophie et sciences des religions à l’ULB, auteur de nombreux ouvrages sur la Franc-maçonnerie) et Pierre Mollier Pierre Mollier (historien, directeur de la bibliothèque du Grand Orient de France et du Musée de la Franc-maçonnerie auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de la Franc-maçonnerie).

bataille-waterloo-1815

Présentation de la conférence :

Alors même qu’elle se veut une fraternité universelle, la Franc-maçonnerie n’a jamais pu empêcher les conflits armés entre nations. Très présente dans l’armée de Napoléon (les loges militaires en témoignent) la Franc-maçonnerie comptaient des membres éminents dans les armées alliées hostiles à l’Empire. Le 18 juin 1815, Ney, Kellermann, Wellington, Blücher et de nombreux officiers de toutes les nations en guerre, pourtant unis dans un même idéal fraternel, se sont retrouvés dans la tourmente à Waterloo. Comment cela a-t-il été possible ? Comment cela a-t-il été vécu ?

Petit rappel historique :

La bataille de Waterloo s’est déroulée le 18 juin 1815. Elle s’est terminée par la victoire décisive de deux armées : celle des alliés, commandée par le duc de Wellington, composée de Britanniques, d’Allemands (contingents du Hanovre, du Brunswick, du Nassau) et de Néerlandais (unités belges et hollandaises) et celle des Prussiens, commandée par le maréchal Blücher ; toutes deux opposées à l’armée française dite Armée du Nord emmenée par l’empereur Napoléon Ier.

La commune de Waterloo se situe à une vingtaine de kilomètres au sud de Bruxelles, en Belgique. Toutefois, les combats n’eurent pas lieu à Waterloo mais un peu plus au sud, sur le territoire des communes actuelles de Lasne et de Braine-l’Alleud. La bataille a souvent été appelée en France « bataille de Mont Saint-Jean », lieu plus précis de l’engagement effectif2. En Allemagne, elle est appelée « bataille de la Belle-Alliance ».

Cette bataille est la dernière à laquelle prit part personnellement Napoléon, qui avait repris le contrôle de la France durant la période dite des Cent-Jours. Malgré son désir de poursuivre la lutte avec de nouvelles forces qui se reconstituaient, il dut, par manque de soutien politique, abdiquer quatre jours après son retour à Paris.

http://waterloo.1410.be/

Infos :

Rendez-vous le 9 juin 2015 à 20h

Hôtel de ville de Waterloo

Rue François Libert, 28
1410 Waterloo

Page Facebook de l’événement 

Publicités