Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Conjuration MozartQuatrième de couv’ :

1791 : Mozart est l’artiste le plus célèbre de Vienne. Maître et virtuose, c’est aussi un franc-maçon qui évolue dans des hautes sphères mêlant politique, art, science, philosophie et intrigues de pouvoir. Soudain, Mozart annonce à sa femme qu’il est certain d’avoir été empoisonné. Il meurt six semaines plus tard.

La ville bruisse alors de rumeurs : le compositeur aurait été infidèle et sur le point d’être ruiné. Mais sa sœur, Nannerl, n’en croit rien. Elle découvre que son frère a laissé une mystérieuse note manuscrite, une énigme cryptée. Mozart semblait redouter de puissants ennemis complotant dans l’ombre des salles de bals et les bureaux feutrés d’hommes politiques prussiens …

Un génie. Un complot. Un mystère.

Avis :

Tout d’abord, une petite présentation de l’auteur. Matt Rees est un auteur et journaliste britannique. Il publie chez City son second roman. Il également l’auteur d’une série policière « Les enquêtes d’Omar Youssef ».

Alors que dire de ce petit roman ? Tout commence par la mort de la sœur du compositeur qui lègue au fils cadet de celui-ci un bien étrange manuscrit sur la vie de son père. Ce n’est pas la première fois qu’on voit Wolfang Amadeus Mozart mis en scène mais ici nous partons découvrir la face obscure du personnage. De sa vie privée à sa vie de franc-maçon en passant par les méandres du pouvoir et de la musique classique, plongez dans cette mystérieuse histoire.

En ces temps de troubles de de la fin du 18ème siècle, l’Europe connaît bien des soucis. La Révolution française a éclaté, les royaumes prussiens et autrichiens se déchirent et Wolfgang Amadeus Mozart est décédé dans d’étranges circonstances. Maria Anna Berchtold von Sonnenburg dit Nannerl est la sœur du compositeur et est fort éprise de son frère et lorsqu’elle apprend le décès de celui-ci, elle décide de mener l’enquête. Le meurtre semble être la piste privilégiée. Son Frère de loge Hofdemel l’aurait empoisonné quelques semaines auparavant, car Mozart aurait eu une aventure avec sa femme. C’est un mobile comme un autre mais celui-ci n’est pas crédible face aux yeux de Nannerl.

Quittant sa campagne pour rejoindre la capitale, Nannerl découvre que la ville qu’elle a connu lorsqu’elle était enfant n’est plus qu’un lointain souvenir. Là où il faisait bon vivre est devenu le lieu de toutes les trahisons et des tous les complots. Navigant entre les couloirs des palais impériaux, les théâtres, les opéras et autres lieux de la bonne société autrichienne où elle risque sa vie à chaque page.

Matt Rees décrit un univers maçonnique très proche de la réalité s’il n’y avait pas ce côté « politique ». Les descriptions sont correctes et nous ramène au début de la Franc-maçonnerie en Autriche. L’auteur aime jouer avec des connexions entre la FM, le monde politique et l’aristocratie autrichienne, en oubliant presque de donner du volume à ses personnages. C’est un peu comme si les décors avaient plus de vie que les personnages.

Heureusement que l’honneur est sauf avec les personnages principaux mais j’aurais aimé avoir quelque chose de plus percutant. Mettre en scène la sœur de Mozart en apprenti-détective est un joli coup de poker mais si celle-ci aurait été plus aboutie, si elle avait plus de mordant. Elle a un caractère bien à elle mais un peu trop dans l’esprit du 18ème siècle. Il y aurait fallu un esprit beaucoup plus rebelle pour dynamiser l’histoire.

Biblio :

REES, Matt. La Conjuration Mozart. Paris : City, 2014. 320 p. ISBN : 978-2-8246-0509-8

Advertisements