Étiquettes

, , , , , , , , ,

QumranQuatrième de couv’ :

Le vol d’un des précieux manuscrits de la mer Morte, découvert en 1947 dans les grottes de Qumran, précipite Ary, jeune juif religieux, fils d’un archéologue israélien, dans une enquête jalonnée de cadavres. Des cadavres crucifiés. Ceux des savants ou des prêtres qui ont eu entre les mains un de ces manuscrits …

Quels terribles secrets renferment-ils donc pour être toujours en grande partie soustraits, cinquante ans après, à la connaissance du public et des scientifiques ?

Les énigmes qui entourent la vie et la mort de Jésus ont-elles des enjeux susceptibles de provoquer ces meurtres atroces ?

Avec ce récit érudit et palpitant, dont l’intrigue se joue sur deux mille ans de l’histoire humaine, Eliette Abécassis nous donne  à vingt-sept ans ! – un formidable thriller théologique, que ne renierait sans doute pas Umberto Eco.

Avis :

Il y a quelques semaines, je vous ai présenté un premier roman d’Éliette Abécassis, le bien nommé « Palimpseste d’Archimède« . Aujourd’hui, j’ai décidé de remettre le couvert avec le premier roman de l’auteur, publié en 1996 et édité à 200.000 exemplaires.

Descendant direct d’Abraham, père des religions, David Cohen est un archéologue en charge d’une mission par le chef d’armée israélienne : « Retrouver les manuscrits de la Mer Morte« . Cette quête initiatique va mettre en avant Ary, le fils de l’archéologue. Son enquête va lui dévoiler qu’il n’est pas le seul à s’intéresser à ces fameux manuscrits car ceux-ci peuvent dévoiler certaines explications qui peuvent bouleverser à tout jamais les fondements du christianisme.

La mort attend au tournant tout ceux qui s’intéressent à ces fameux manuscrits depuis qu’un jeune bédouin les a découverts par hasard dans une grotte en 1947. Vous vous intéressez de trop prêt, vous risquez d’être crucifié …

Premier roman d’Éliette Abécassis et disons que le style est là quand je compare à ce que j’ai lu dans « Le palimpseste d’Archimède ». On sent, on remarque le roman a été travaillé durant un certain temps et que lors de sa publication, celui-ci a été récompensé et très bien vendu. Dès les premières pages, on est dans une description du monde archéologique où on s’entend presque à rencontrer Alain Zivie ou Jean-Yves Empereur, bien qu’il existe quelques raccourcis faciles. Éliette Abécassis n’est pas David Gibbins lorsqu’elle parle des techniques ou du métier mais on sent qu’elle ne veut pas souler le lecteur. C’est un effort appréciable.

Venons-en à l’intrigue et malgré quelques longueurs à mi-parcours, car je pense que l’auteur cherche son second souffle dans son enquête, celle-ci est quand même bien ficelée. Il y a des libertés, des raccourcis mais l’histoire des manuscrits reste ce qu’elle est et il faut quelques aspects fantastiques pour obtenir une fin digne de ce nom. L’auteur joue le jeu jusqu’au bout et la révélation garde cet aspect fabuleux et non rationnel de certains thrillers ésotériques.

Dans la construction du roman, on remarque que chaque grande partie fait référence à un rouleau, un peu comme l’adaptation en BD qui a eu lieu en 2002 et en 2005. La lecture des rouleaux n’est pas lourde, comme pourrait l’être un Umberto Eco dans « Le nom de la rose ». En tout cas, le résultat est plus jouissif et plus accessible pour le plus grand bien de tous. Les descriptions et autres digressions ne sont pas longues, ni pénibles et ainsi que les ambiances qui se veulent mystérieuses ne sont pas pesantes. Bref, tout cela facilite la lecture.

Ce qui est bien dans ce roman, c’est que nous partons à la découverte de différents thèmes, en allant de la vie traditionnelle des bédouins en passant par les juifs orthodoxes de Mea Shearim. Les descriptions géographiques me semblent très abouties. On ne joue pas sur des aprioris que tout le monde connaît.

Au final, il faut retenir que le roman délivre un grand nombre d’informations et s’adresse déjà un lectorat initié ou en demande. À découvrir !

Biblio :

ABÉCASSIS, Éliette. Qumran. Paris : La Librairie Générale Française, 2013. 474 p. ISBN 978-2-253-14363-5

 

Publicités