Étiquettes

, , , , , , , ,

Damné, t4 Le baptême de JudasQuatrième de couv’ :

Prisonnier et déterminé à trahir la cause de l’Ordre des Neuf pour sauver la vie de Cécile de Foix, Gondemar est ramené à Carcassonne. En chemin, des évènements étranges le convainquent que le genre humain est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît et que les faits sont les pires ennemis de la Vérité. Arrivé à destination, notre héros est livré à Simon de Montfort et à Arnaud Amaury, le légat du pape, qui détruisent sous ses yeux la seconde part de la Vérité. En route vers Montségur où il doit récupérer la première partie, il est emporté pour un tourbillon d’incidents qui le mènent dans les Pyrénées, aux main d’un groupe nommé Praetorium.

Gondemar porte sur ses épaules le salut de son âme, la vie de celle qu’il aime et le secret le mieux gardé de toute l’histoire du monde chrétien. Mais ce que le Damné a tant voulu sauvegarder se révélera encore plus important qu’il ne le croyait …

Le Baptème de Judas est le dernier volet d’une grande saga historique qui repose sur une étonnante hypothèse revisitant les fondements de l’Église.

Avis :

Enfin ! Enfin le tome 4 et la fin des aventures du damné Gondemar !

Pour commencer cette chronique, je vais commencer par la couverture de cette version poche et si la version grand format était déjà très jolie, celle-ci est tout simplement superbe. Ce quatrième tome, c »est un peu Noël avant l’heure, bien qu’il me tarde d’avoir le second tome de Malefica qui sera là d’ici quelques jours.

Dès l’ouverture de ce 4ème tome, on découvre un Gondemar enchaîné, car considéré comme un traitre, il est emmené sur les routes menant de Gisors à Carcassone où on espère qu’il livrera la première moitié de la Vérité pour libérer son amour, la belle Cécile de Foix. Le dilemme reste entier pour le malheureux Gondemar. Sauver sa bien-aimée ou trahir l’Ordre des Neuf. Alors que faire ? Le sacrifice s’impose mais dans la balance, il y a la sienne et celles de ses amis. Choisir, toujours choisir …  Inutile de se voiler la face, ça sent la fin pour Gondemar …

Ce cher Hervé Gagnon nous a régalé encore une fois et nous prouve que sa plume est l’une des meilleures qui m’a été donné de lire. Jouant avec les mots, offrant un suspens à vous tenir en haleine, des scènes de bataille et surtout les interrogations de ce héros torturé. La quadrilogie « Damné » est tout simplement grandioses. Ce qui pouvait paraître simple au premier abord, est devenu d’une étonnante et délicieuse complexité.

Damné se conclut enfin en version poche. Cette saga a été l’un des rendez-vous littéraire ésotérique et fantastique de l’année. Au cours de la lecture de ces 4 romans qui m’ont suivi dans le train ou dans le lit, je me suis attaché aux personnages et en particulier au malheureux Gondemar. Damné est une lecture de tous les instants et où le plaisir se retrouve à chaque chapitre. Allez-y les yeux fermés … Enfin, ouvrez-les pour lire les aventures de ce damné …

Vous pouvez lire ou relire les chroniques des tomes précédents et l’interview d’Hervé Gagnon :

GAGNON, Hervé. Le baptême de Judas. Paris : Pocket, 2014. p. (Damné ; 4). ISBN

Publicités