Mots-clefs

, , , ,

Lawrence d'ArabieSynopsis :

En 1916, le jeune officier britannique T. E. Lawrence est chargé d’enquêter sur les révoltes arabes contre l’occupant turc. Celui qu’on appellera plus tard « Lawrence d’Arabie » se range alors du côté des insurgés et, dans les dunes éternelles du désert, organise une guérilla. Personnage brillant mais controversé, il va mener des batailles aux côtés de ses alliés et changer la face d’un empire.

Avis :

Ce week-end, j’ai profité pour revoir « Lawrence d’Arabie », ce chef-d’œuvre du cinéma, joué par le magnifique Peter O’Toole. En visionnant ce film, je n’ai pas pu m’empêcher de faire le lien avec la célèbre théorie du complot menée par cet ancien agent du MI-5, John Coleman mettant en scène la franc-maçonnerie britannique comme étant la créatrice de l’organisation des Frères musulmans qui se serait fait avec l’aide de Thomas Edward Lawrence dit Lawrence d’Arabie, Bertrand Russell (scientifique et philosophe), Harry St. John Bridger Philby dit Jack Philby ou Sheikh Abdullah (agent secret et écrivain), Edward Granville Browne  (orientaliste) et Arnold Toynbee (historien), afin de maintenir le Moyen-Orient sous-développé pour que ses ressources, en particulier son pétrole, puissent continuer à être pillées par la Grande-Bretagne.

Au-delà du complot, je vais revenir sur le film de David Lean. Il s’agit certainement d’un des monuments du cinéma et une œuvre des plus ambitieuses qui a été portée à l’écran. La prestation et le mimétisme de Peter O’Toole avec le vrai Lawrence est tellement stupéfiante qu’on se demande si nous ne sommes avec lui, l’aidant à soulever les peuples arabes contre l’envahisseur turc pendant la Première guerre mondiale.  On rajoute à ça, le coup de manivelle du réalisateur jonglant entre les détails, les yeux bleus d’O’Toole, les dunes en mouvementscé et sans oublier une musique qui raisonne dans votre tête, qui vous pousse au voyage et vous fait sentir la morsure du soleil du désert.

Lawrence d’Arabie, c’est aussi un scénario d’une incroyable force, servi par Robert Bolt, des scènes à couper le souffle, des batailles épiques où tous les participants ont une place précise. C’est une très grande maîtrise de la part de David Lean. Il faut voir ou revoir ce film rien que pour les scènes comme Omar Sharif surgissant d’un mirage, l’assaut sur la ville d’Akaba et … qui sont des scènes d’anthologie que tout bon cinéphile se doit de voir un jour dans sa vie.

 

Publicités