Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Vengeance, t1 Glaive de DieuQuatrième de couv’ :

Jeune professeur d’histoire, Pierre Moreau mène une existence simple et paisible, aimé par sa tendre et douce fiancée Julie. Un jour, son beau-père Émile Fontaine l’entraîne dans une rencontre de francs-maçons. Il est alors loin de se douter que, depuis des siècles, une organisation secrète fonde de grands espoirs en lui. Il se voit obligé d’entreprendre une quête capitale et mystérieuse, dont l’évocation seule fait trembler les plus hautes sphères de l’Église.

Avis :

Avant de commencer cette analyse, je souhaite remercier mon ami Olivier P. pour m’avoir permis de rentrer en contact avec Hervé Gagnon. Alors avant tout, il faut que je vous présente l’auteur. Né en 1963 au Canada, Hervé Gagnon est un historien, un muséologue et dirige « Blitz, Culture et Patrimoine », une entreprise spécialisée dans la gestion et la mise en valeur de la culture et du patrimoine. Ses débuts dans la littérature de jeunesse remonte à 1999, lorsque son fils l’a mis au défi d’écrire un roman pour les jeunes. Quelques années plus tard, en 2008, il reçoit prix littéraire AbitibiBowater Jeunesse.

Après cette brève présentation, passons au premier tome de Vengeance. Sortie au début de l’année 2013, « Le glaive de Dieu » raconte les mésaventures d’un jeune professeur d’histoire, Pierre Moreau, qui n’est pas sans rappeler le personnage de Philippe Cattoir d’Ars Magna. Il mène une vie paisible, il enseigne au Collège sulpicien de Montréal et est fiancé à la jolie Julie. Une vie bien rangée. Alors comment représenter le personnage ? Je penche pour un croisement entre Indiana Jones, Antoine Marcas et William Murdock. Un personnage d’une intelligence redoutable qui se retrouve mal embarqué.

Un jour son futur beau-père, Emile Fontaine l’emmène avec lui dans une tenue maçonnique. Bien que n’étant pas emballer par l’idée, il accepte à contre cœur, en pensant que ce n’est qu’un pas de pas de plus pour pouvoir épouser sa fiancée. Mais ce que Pierre ignore , c’est que cet événement risque de lui changer sa vie.

La menace s’installe autour de Pierre Moreau, cible d’une série de crimes, le kidnapping de Julie, sa fiancée ou encore la disparition de son cousin et pendant ce temps, il en apprend davantage sur sur ses origines. Dans un même temps, il découvre l’existence d’un étrange objet nommé « l’Argumentum » qui peut à tout jamais changer la face du monde. La vie de Pierre Moreau est à tout jamais bouleversée … Il n’est pas l’homme qu’il semble être …

Toute la force du roman se situe dans le chassé-croisé entre le temps et l’espace. Des croisades avec le siège de Saint-Jean-d’Acre, à l’histoire de France en passant par le Montréal du 19ème siècle. Sans connaître Montréal, on sent toute la maîtrise de l’auteur dans l’ambiance et les détails qu’il donne, d’ailleurs, il a fait sa maîtrise de doctorat sur Montréal au 19ème siècle. L’un des points forts, c’est aussi l’emploi de la terminologie maçonnique et si on est sensible à ce genre de détails, cela peut que renforcer l’envie de lire « Le glaive de Dieu ».

Au final, on a un roman d’une très grande qualité, bourré de détails sans être pesant avec un rythme détonant. Une lecture sans prise de tête qui devrait plaire au plus grand nombre. Bref, un bon plan lecture.

GAGNON, Hervé. Le glaive de Dieu. Montréal : Hurtubise, 2013. 448 p. (Vengeance ; 1). ISBN 978-2-89723-052-4

Publicités