Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , ,

Tintin et les forces obscuresQuatrième de couv’ :

Maître de la « ligne claire », Hergé n’a pas cessé pour autant d’entraîner Tintin et ses compagnons dans le monde de étrange des forces obscures. Ce sont des incursions dans l’insolite, le fabuleux ou l’irrationnel que retrace cet ouvrage exceptionnel en mettant en perspective les grands événements et les figures emblématiques qui ont marqué l’histoire du paranormal. Historiens et « tintinologues » ont uni leurs talents et leurs passions pour vous emmener de l’autre côté du miroir : là où le réel nourrit l’imaginaire. Et participe à … l’invraisemblable !

Avis :

Publié par Sophie Publications qui détient le journal Historia avec la collaboration du journal Le Point (France), Le Soir (Belgique), Le Temps (Suisse) et La Presse (Canada) ont édité cet ouvrage intitulé : « Tintin et les forces obscures ». Jacques Langlois, correspondant auprès de Hergé pendant 20, il dirige l’équipe éditoriale composée de divers spécialistes.

Si vous avez suivi l’actualité de ce blog, vous avez très certainement remarqué que j’ai traité pas mal d’ouvrages concernant le neuvième art et après avoir analysé « Bande dessinée, Imaginaire et Franc-maçonnerie« , il était intéressant de voir ce que cet ouvrage présente.

On a presque tout dit sur Hergé et le monde de Tintin, mais quand on regarde bien, le papa du jeune reporter a exploré un grand nombre de thématiques. Ainsi cet ouvrage reprend :

  • Le rêve
  • La voyance
  • L’hypnose
  • La radiesthésie
  • Le paranormal
  • La télépathie
  • Les extraterrestres
  • Les superstitions
  • Les sectes
  • Le spirituel
  • La folie

On se rend compte au fil de la lecture que chacune de ces thématiques sont essentielles au monde de Tintin. Ainsi le monde du rêve a influencé Hergé pour « Tintint au Tibet », servant d’élément déclencheur de cet album. On comprend mieux l’importance de ces phénomènes dans l’ensemble des aventures de Tintin, bien que tout cela soit réduit à sa plus simple expression ou du moins à l’aspect le plus visuel pour le lecteur.

Expliquer l’ensemble des phénomènes que Hergé a exploité, il me faudrait bien plus qu’un simple article. On remarque aussi que Hergé est porté sur les superstitions, mais aussi sur les sociétés secrètes. Ainsi Tintin rencontre dans 14 de ses 24 aventures une société secrète. Allant de la mafia d’Al Capone aux adorateurs de Khi-Oskh, mené par Rastapopoulos, en passant par les hommes-Léopards de la secte Aniota dans « Tintin au Congo », Hergé semble fasciner par ces univers et qu’on retrouvera chez Edgar P. Jacobs ou Hugo Pratt.

Pour parler des sectes, les auteurs se sont arrêtés à la triste et célèbre secte de « L’Ordre du Temple Solaire » de Joe Di Mambro et de Luc Jouret. Bien que n’ayant pas de rapport direct avec Hergé, on retrouve les traces d’une secte dans l’album inachevé « Tintin et l’Alph-Art ». Après avoir été libéré par les extraterrestres dans « Vol 714 pour Sydney », Rastapopoulos est de nouveau  le maître d’une secte pour « gogos en mal d’idoles » et se cache sous le nom de « Endaddine Akass ».

Cet album documentaire réservé au plus grand nombre est extrêmement bien conçu et permet de décrypter le monde de Tintin et de Hergé.

LANGLOIS, Jacques. EMBS, Jean-Marie, CRABBE, Jean-MArie. [Et. al.]. Tintin et les forces obscures. Paris : Historia ; Bruxelles : La Libre Belgique ; La Dernière Heure, 2013. 130 p. (Historia, hors série ; ISSN 0018-2281). ISBN 978-2-89705-199-0

Advertisements