Mots-clefs

, , , , ,

Pardonnez nos offensesQuatrième de couv’ :

Hiver 1284. Les « froidures du Diable » accablent Draguan, petit diocèse du comté de Toulouse. La population est en proie aux peurs les plus irraisonnées depuis la découverte macabre de restes de corps suppliciés dans la rivière … Henno Gui, prêtre aux manières étranges, mandé pour prendre en charge la paroisse d’Heurteloup, se présente à l’évêché. Enfoui dans une forêt inextricable, entouré de marais nauséabonds soupçonnés de porter la peste, Heurteloup vit dans l’oubli depuis des décennies. L’église est en ruine, nombre de maisons sont à l’abandon. Nul ne sait ce que les habitants sont devenus… Cette paroisse maudite, treizième d’un évêché aussi pauvre qu’isolé, intéresse pourtant les plus hautes sphères de Rome : un terrible secret semble avoir présidé à la « disparition » du village.

Avis :

Cela fait un petit moment que j’avais préparé mes fiches sur la trilogie médiévale de Romain Sardou et aujourd’hui, j’ai décidé de me lancer. Pour le commun des mortels qui ignorent qui est Romain Sardou, c’est le fils de l’autre. Cet auteur est un touche-à-tout dans ses styles. Allant du thriller médiéval au conte de Noël, en passant par le roman historique, il s’est essayé à différents domaines avec plus ou moins de réussite.

Ici, j’ai décidé de vous parler de son premier roman, « Pardonnez-nos offenses ». Ce thriller médiéval n’est pas un roman historique, vu que l’auteur ne se base sur aucun faits historiques. Même si le manque de faits donne une impression de largesse, cela ne reste qu’une impression. En fait, je me demande si son premier roman n’est pas le meilleur de tous. Donnant une très bonne intrigue que certaines critiques ont considéré comme étant aussi bon que « Le nom de la Rose ».

Venons-en aux faits ! On pourrait résumer ce roman en une phrase : « Quand l’Eglise se prend pour Dieu ! ».

Bien que le manque de faits historiques soit clairement explicite, cela ne veut pas dire que Romain Sardou ne se base sur rien. On remarquera le rapport avec la Sainte Inquisition de Foix relatant la découverte des corps mutilés comme celle des jeunes enfants de Draguan. Voilà le prétexte pour remonter le temps …

Le héros, Henno Gui, jeune prêtre nouvellement affecté à la paroisse maudite d’Heurteloup, se trouve au cœur de cette cruelle énigme … Commandité par l’évêque, fraîchement assassiné, il lui est recommandé de refaire venir Dieu dans le coeur des 25 « âmes » du village d’Heurteloup. Ce village est demeuré dans l’oubli depuis près de 50 ans. Les villageois y vivent dans l’autarcie la plus complète, leur église à l’abandon et leurs âmes peut-être en péril …

Le Moyen-âge est exploité comme une époque très sombre, dans un décor monté de toutes pièces, le tout livré avec une narration confuse à certains moments. Un pêché de jeunesse … Si les critiques ont retenu une ressemble avec « Le nom de la Rose », moi, je dis que tout le monde n’est pas Umberto Eco qui veut.

SARDOU, Romain. Pardonnez nos offenses. Paris : Pocket, 2003. 508 p. (Pocket ; 11976). ISBN 2-266-13395-0

Publicités