Étiquettes

, , , , , ,

St Nicolas & Père FouettardUne fois n’est pas coutume mais je vais défendre un point de vue de folklore propre à la Belgique, aux Pays-Bas, à l’Allemagne et à certains régions de France. Plusieurs médias belges comme la Libre Belgique ou RTL info ont relié une information concernant ‘acolyte de Saint Nicolas, le bien nommé Père Fouettard.

L’ONU a détaché une commission d’enquête au Pays-Bas pour voir si le personnage de Zwarte Piet (Père Fouettard néerlandais) ne véhiculerait pas une image de « relent colonialiste « . A l’origine, l’acolyte du saint patron des enfants provient du livre  : « Saint-Nicolas et son serviteur » de Jan Schenkman en 1850 où Zwarte Piet fait son apparition. Le petit aide de couleur est rapidement devenu le dépositaire d’une tâche aussi ingrate qu’importante de son « maitre » : punir les vilains enfants. Bien évidemment, il faut se remettre dans le contexte de l’époque si aujourd’hui ce personnage a changé, c’est déjà pour s’adapter aux codes de la société. Fouettard est ainsi devenu l’ami des enfants. Il correspond à un personnage jovial, offrant des bonbons et secondant Saint Nicolas dans sa tâche.

On ne devrait pas avoir à polémiquer sur un sujet qui concerne le folklore, c’est comme si on remettait en cause le Doudou de Mons ou le Gille de Binche, mais comme pour beaucoup chose, il faut faire un effort intellectuel pour se remettre dans un contexte historique, philosophique et géographique pour comprendre tout cela. L’enquête sur Saint Nicolas, raciste ou pas, survient en pleine période d’échauffements des esprits. D’une part, on assiste à un rejet de plus en plus perceptible et collectif de certaines populations immigrées. De l’autre, à la traque de plus en plus implacable du moindre dérapage verbal de personnages publics, sur ces mêmes populations. Bref, on est en plein climat de crispations (c’est peu dire) autour du vivre ensemble, sans préjugé, sans discrimination, sans stigmatisation.

On attend donc le verdict de l’ONU avec la même impatience, et le même espoir, que les enfants le 6 décembre au matin.

Publicités