Étiquettes

, , , , ,

La Bible selon le ChatQuatrième de couv’ :

Avec sa Bible, Le Chat, tient sa promesse de nous faire tordre de rire tant il arrive à débusquer le grotesque jusque dans les moments les plus émouvants de nos origines communes.

La Bible selon Le Chat répond à toutes les questions que se posent les humains depuis la nuit des temps. Fini le doute, voici la lumière. Avec cet album, la communauté des hommes va enfin comprendre pourquoi il était vain de s’entre-massacrer depuis tant d’années.

La vérité sur tout cela, Le Chat nous la révèle dans son onzième commandement (le moins connu, sans doute le plus beau) :  « Tu riras de tout, car, vu qu’on va tous crever un jour, seul l’humour te permettra d’avoir un peu de recul sur les vicissitudes de l’existence ».

Avis :

Ça y est, le nouveau Chat sort ce mercredi 9 octobre. Intitulé La Bible selon Le Chat, ce 18ème tome n’est pas comme les autres. D’une part, il s’agit de la première histoire continue du Chat, et Philippe Geluck y revisite la Genèse de l’Humanité à sa façon. Et d’autre part, cet album se présente sous la forme d’un coffret regroupant 2 livres au format à l’italienne : le Livre Premier et le Livre Second.

Je vous le donne dans le mille, cette nouvelle aventure du Chat est à pleurer de rire en prenant un ton irrévérencieux, mais cela prouve encore une fois, qu’il faut savoir rire de tout et à tout moment.

Avec ses airs de ne pas y toucher, il rhabille les créationnistes pour l’hiver et règle ses comptes avec ceux qui nous menacent des flammes de l’enfer. Oui on peut rire de tout et oui il est sain(t) de dépoussiérer les dogmes car, comme disait l’autre, Dieu est humour.

Dans La Bible selon le Chat, Philippe Geluck, récemment libéré des contraintes de la presse hebdomadaire, s’est lancé dans la première histoire longue de sa carrière. Le dessinateur d’un héros solitaire nous croque ici une galerie de personnages hilarants. Depuis les premiers êtres vivants (un peu tarés sur les bords et donc appelés à disparaître) jusqu’à Adam (qui ne semble pas beaucoup plus malin), aucun acteur n’échappe à la moulinette rageuse et désopilante d’un Geluck très en forme, à part, peut-être, Pascal le mouton, devenu l’âme damnée de Dieu, et la jolie Ève, première femme de l’humanité et première femme dans l’œuvre « geluckienne ». Adam a bien de la chance d’être tombé sur elle, et nous aussi, par la même occasion.

GELUCK, Philippe. La Bible selon le Chat. Paris, Bruxelles : Casterman, 2013. 160 p. (Le Chat ; 18) ISBN 978-2-2030-771-07

Publicités