Étiquettes

, , ,

La première Journée belge du livre maçonnique a lieu ce dimanche 21 avril.

En France, le Salon maçonnique du livre de Paris a soufflé ses 10 bougies fin 2012 et des initiatives fleurissent partout dans l’Hexagone. Rien de tel par contre en Belgique. Le seul salon jamais mis sur pied eut Liège comme cadre mais fut sans doute ouvert surtout aux initiés. La lacune sera comblée ce dimanche 21 avril avec « Masonica » à Bruxelles. Et pas n’importe où ! Cela se passera autour des temples et du Musée de la franc-maçonnerie de la rue de Laeken, un haut-lieu du Grand Orient qu’y côtoient les principales obédiences belges au Musée.

Pourquoi cette Journée maintenant ? Les maçons belges sont de longue date plus réticents à se montrer que ceux d’autres pays européens. Moins par volonté de garder secrètes leurs cogitations comme le pensent les obsédés des théories du complot que mus par un souci de discrétion consécutif aux traumatismes subis pendant la Seconde Guerre.

Un atelier au camp d’Esterwegen

Pour rappel, la maçonnerie belge a payé un lourd tribut sous l’Occupation, un grand nombre de membres ayant connu la déportation. Avant le conflit, la presse avait publié des listes de maçons et les Nazis n’eurent aucune peine à les situer lorsqu’il s’est agi d’écarter ceux qui pouvaient contrecarrer le Troisième Reich. Mais la maçonnerie n’est pas morte dans les camps : mieux, un groupe de frères se réunit dans le camp de concentration d’Esterwegen et ne prit pas par hasard le nom de « Liberté chérie ». Légende ou réalité : des prisonniers catholiques protégèrent leurs « tenues » montrant leur solidarité humaniste par-delà les différences. Après la libération, la maçonnerie redevint discrète même si ses membres furent très actifs dans les grandes crises qui ont métamorphosé la Belgique. Reste que ce n’est que très exceptionnellement que les obédiences prennent des positions publiques. Rien à voir avec les consœurs françaises présentes dans tous les débats sociétaux. Les interviews sont aussi distillées au compte-gouttes. Il y a quelques années, le Grand Maître d’alors du Grand Orient, Henri Bartholomeussen, avait entrouvert la porte en en accordant une à « La Libre » et à la RTBF mais on est loin de ce qu’on lit dans la presse française, friande de « marronniers » et de sujets faisant fantasmer, fût-ce à tort. Précisons que la Journée bruxelloise est née d’une initiative bénévole de maçons sous les auspices de deux Loges (Fraternité&Les Amis Philanthropes) mais a le soutien du Grand Orient, du Droit Humain, des Grandes Loges de Belgique et féminine de Belgique, de la Fédération de loges Lithos et de la Grande Loge régulière de Belgique, soit cinq obédiences dites adogmatiques et une obédience régulière. Quant au noyau organisateur, il se compose de deux journalistes dont Jiri Pragman, l’animateur du « Blog maçonnique » (www.hiram.be) et d’un libraire spécialisé (« La Cale sèche »). Pas question donc de prosélytisme ? « Non, c’est une activité axée sur le livre maçonnique, les auteurs et les réflexions soulevées par ces ouvrages », précisent les organisateurs. « Les obédiences qui auront des stands veulent uniquement informer les visiteurs sur la franc-maçonnerie belge » En soi, cette relative ouverture est devenue nécessaire comme le résume un autre maçon : « Face à des informations sensationnalistes pour faire du fric ou dans l’intention de nous nuire en nous présentant comme des comploteurs ou des affairistes, nombre d’entre nous sont moins réticents à une certaine ouverture. Ne fût-ce que pour montrer au public ce que nous sommes réellement ! »

Particularité de la Journée : elle sera ouverte aux francs-maçons et aux « profanes ». Sa particularité ? Ce sera la plus grande concentration d’auteurs maçonniques puisque 47 d’entre eux, venus de Belgique, de France et des Pays-Bas y seront avec leurs ouvrages. A savoir des essais très sérieux, des ouvrages d’histoire, des guides, des témoignages mais aussi des polars maçonniques et des BD. Il y aura aussi 6 conférences et tables rondes sur des sujets aussi variés que le roman maçonnique, la symbolique et les rituels maçonniques, les femmes en franc-maçonnerie, la vulgarisation de la franc-maçonnerie, etc.

Renseignements : http://www.masonica.be; contact@masonica.be ou 0476/94.23.98

Article de Christian Laporte (La Libre Belgique)

Publicités