Mots-clefs

, , , , , , ,

Quatrième de couverture : signe des quatre

Le 3 décembre 1878, à son retour des Indes, le capitaine Morstan disparaît sans laisser de trace. Le 4 mai 1882, un inconnu envoie à sa fille une perle d’une valeur inestimable. Désormais, chaque année à la même date, la jeune fille reçoit une perle identique. Le 7 juillet 1888, l’inconnu fixe enfin rendez-vous à Mary Morstan, le soir même, à sept heures. Inquiète, la jeune fille demande à Sherlock Holmes de l’accompagner. Celui-ci accepte. « Simple affaire de routine », pense-t-il. II ignorait toutefois qu’il avait rendez-vous avec un mort.

Avis :

En fouillant cette semaine dans ma bibliothèque, j’ai retrouvé quelques aventures du célèbre détective britannique, le bien nommé Sherlock Holmes. Le signe des Quatre est la seconde enquête écrite par Conan Doyle et quelle surprise de voir l’ami Sherlock pris dans un mystère avec comme toile de fond, la Pondichery Lodge.

Au début de l’aventure, on nous montre un Sherlock Holmes défoncé par la drogue et en manque d’un défi intellectuel à sa mesure. Lorsque Mary Morstan propose à Holmes et à Watson de l’accompagner. Si le mystère stimule Holmes, Mademoiselle Morstan est une stimulation pour le Dr. Watson.

L’histoire de Mlle Morstan n’est pas dénuée d’intérêt car depuis plus de dix ans, elle reçoit des perles d’une pureté rare, la mettant à l’abri tous les besoins financiers.

Construit comme un « road movie », cette aventure va conduire le trio vers la Pondichery Lodge à Upper Norwood où on retrouve un certain Thaddeus Sholto, ancien ami du père Mary Morstan et gardien d’un trésor ramené d’Inde. Un trésor pour lequel on tue … Ce roman de Sherlock Holmes pose les bases du roman à suspens et de l’intervention de multiples intervenants pour résoudre l’enquête. Ainsi le trio Holmes-Watson-Morstan vont s’aider d’une bande d’enfants des rues et d’un chien « bâtard » nommé Toby au flair exceptionnel.

Avec l’ensemble de ces éléments, Holmes va ainsi découvrir les raisons qui ont motivé les criminels … Mais comme tout aventure qui se termine bien, l’ami John Watson épouse la délicieuse Mary Morstan.

DOYLE, Arthur Conan. Le signe des Quatre. Paris : éditions  J’ai Lu, 1997. – 122 p. (Librio, ISSN 1255-0337 ; 162). ISBN 2-277-30162-0 (b

Publicités