Étiquettes

, , , , , , , , , ,

AC 1 RenaissanceQuatrième de couverture :

Trahi par les familles dirigeantes d’Italie, un jeune homme se lance dans une épique quête de vengeance. Afin d’éliminer la corruption et de rétablir l’honneur des siens, il deviendra un assassin. Il fera appel à la sagesse de grands esprits comme Léonard de Vinci ou Nicolas Machiavel, car il sait que sa survie dépend des dons qu’il doit développer. Aux yeux de ses alliés, il représente le changement car il combat pour la liberté et la justice. Mais ses ennemis le considèrent comme la pire des menaces car il a voué son existence à la destruction des tyrans qui oppriment le peuple d’Italie. Ainsi commence une histoire de pouvoir, de vengeance et de conspiration.

Avis :

Si vous avez accroché ou pas avec la version BD, voici la version roman. Les quelques tomes rédigés par Oliver Bowden. Si la BD se veut être une transition entre les différentes plongées de Desmond Miles dans l’Animus. Alors dans ce monde geek et ésotérique, nous suivons les aventures d’un jeune Florentin, Ezio Auditore qui a vu son père et ses frères pendus par les Templiers.

Cela vous rappelle quelque chose ??? En effet, le premier tome raconte l’histoire du jeu Assassin’s Creed II avec certes beaucoup plus de détails que dans le jeu. Une plongée dans l’Italie de la Renaissance à coup de « Pezzo di merda » (Hé oui, les insultes en italien sont monnaies courantes).  C’est un roman à suspens avec une bonne intrigue même si on connait le jeu et parfois, cela donne des clés, si on est plongé dans le jeu.

Evidemment ce n’est pas de la grande littérature et le public visé c’est surtout les adolescents, les jeunes adultes, bref les fans de jeux vidéos. Ben oui, on ne se refait pas …

BOWDEN, Oliver. Renaissance. Paris : Milady, 2010. 475 p. (Assassin’s creed ; 1). ISBN 978-2-8112-0337-5

Publicités