Mots-clés

, , , , , , , , ,

Présentation de l’éditeurLe serment des cinq lords

Cette nouvelle aventure de Blake et Mortimer conduit nos deux héros à Oxford. L’Ashmolean Museum et sa célèbre collection archéologique est le théâtre de vols inexpliqués auxquels sont liés une série de meurtres tout aussi mystérieux. Tels les héros d’Agatha Christie, Blake et Mortimer mènent l’enquête. Yves Sente et André Juillard nous offrent une aventure dans la plus pure tradition des romans policiers britanniques.

Avis

Dans ce 21ème opus signé par Yves Sente et André Juillard, nous retrouvons Blake et Mortimer dans la cité universitaire d’Oxford sur la piste de Thomas Edward Lawrence, mieux connu sous le nom de Lawrence d’Arabie.

Cette aventure des héros de Jacobs revient à l’essentiel avec une enquête policière digne d’Hercule Poirot ou Sherlock Holmes. Si l’intrigue nous interroge sur la fin de vie de Lawrence d’Arabie, l’évocation du titre de son livre : « Les Sept piliers de la sagesse » ni figure pas, par contre, il est fait mention d’un manuscrit écrit par le colonel anglais qui met en cause la Couronne et défend la cause arabe.

D’ailleurs, si on se base sur le « Complot maçonnique » et les propos de John Coleman (auteur de théories du complot britannique et ex-espion du MI6), l’organisation des Frères musulmans serait un ordre créé en secret par la franc-maçonnerie britannique avec l’aide de Thomas Edward Lawrence, Bertrand Russell et St. John Philby afin de maintenir le Moyen-Orient sous-développé pour que ses ressources puissent continuer à être pillées par le Royaume-Uni.

Les auteurs rivalisent d’imagination pour planifier la mort complotée de Lawrence d’Arabie par un esprit dérangé et revanchard du MI5. Ils y associent une société secrète adoratrice du grand homme au burnous blanc, pour enfin y ajouter une revanche filiale et mortelle. Et comme il n’y a pas de hasard même heureux, le colonel Blake se retrouve au cœur de cette machination accumulant les bons et mauvais rôles. Quant à Mortimer, il ne s’agit que d’un pion qui fera d’ailleurs bien du tort à l’enquête. Les amateurs de la série ne seront évidemment pas déçus. Le trait de Juillard est maintenant connu, avec le cadre inauguré par Edgar P. Jacobs, il n’a que très peu de liberté sur le style mais il joue des regards entre les personnages, des ombres menaçantes et de tout un tas de petits détails pour s’en affranchir, quant au scénario, il déstructure une enquête lente et linéaire en proposant des flashbacks qui sont autant de souvenirs.

Comme dans les comptines anglaises et les romans d’Agatha Christie, les victimes s’accumulent. Des cinq lords initiaux, ils ne sont bientôt plus que quatre poussés inexorablement vers un destin tragique. Alors, bien sûr l’on se doute que nos deux héros déjoueront les meurtriers, d’ailleurs très vite une piste est éventée (avec les ramifications que l’on imagine, nous, lecteur), mais le plaisir de lecture est là (car le texte est foisonnant), et cette bande dessinée s’inscrit en plein dans la série avec quelques raccords bienvenus aux précédents épisodes sans pour autant être révolutionnaire.

SENTE, Yves. JULLIARD, André. Le serment des cinq lords. Bruxelles : éditions Blake et Mortimer, 2012. 64 p. (Blake et Mortimer ; 21) ISBN 978-2-8709-7164-2

Publicités