Étiquettes

, , , ,

Quatrième de couvertureMozart1

Il n’a que sept ans, il a déjà beaucoup voyagé pour donner des concerts à Prague, Vienne, Francfort… et il a un secret qui le console de tout quand il est trop fatigué, un trésor personnel un royaume imaginaire joliment dessiné sur une carte qui ne le quitte jamais et dont il est le monarque. Il s’appelle Wolfgang Amadeus Mozart, c’est un enfant prodige, il compose pour « chercher les notes qui s’aiment ». C’est alors qu’un homme se présente à lui. Thamos, comte de Thèbes, est venu de Haute-Egypte pour initier le  » Grand Magicien  » dont l’œuvre évitera à l’humanité de sombrer dans le chaos. Et ce Magicien, il le pressent, est peut-être Mozart. Dès cet instant, l’homme et l’enfant ne se quitteront plus. Mais Thamos parviendra-t-il à sauver Mozart des pièges qui se présentent à lui ? Christian Jacq nous révèle les liens étroits que Mozart entretint avec la Franc-Maçonnerie et nous raconte l’aventure spirituelle et la vie secrète de l’un des plus grands génies de l’Histoire.

Avis

Quand on parle de Christian Jacq, on a deux tendances. Primo, il y a l’égyptologue et auteur à succès qui peut se permettre de publier un an sur deux et de vivre de ses rentes. Secundo, c’est la place de Christian Jacq au sein de la franc-maçonnerie. Dans le cas qui me préoccupe aujourd’hui, c’est la qualité de la quadrilogie sur Wolfang Amadeus Mozart.

Quand on dit Christian Jacq, on pense directement à ses romans sur l’Egypte pharaonique et bien que dans cette quadrilogie, le pays des dieux du Nil n’est jamais très loin. Cette série de romans fait parti d’ensemble où l’action n’a pas lieu dans l’Antiquité comme Le procès de la momie ou Toutankhamon, l’ultime secret.

Au cours de la lecture, on découvre les facettes méconnues du « divin » Mozart et même si vous n’êtes pas un spécialiste de la musique classique, les nombreux renvois en bas de page aident à la lecture. Ce n’est pas le tout de parler de musique, il faut encore caser l’intrigue ésotérique. Comme dans beaucoup de références, nous retrouvons un schéma classique entre le « maître » et son « apprenti ». Ce principe veut que le maître initie et protège son apprenti car celui-ci est appelé à être l’élu et ainsi apporter l’équilibre dans une société ou dans un ordre. Ainsi Thamos, ce comte égyptien devient le protecteur du jeune Mozart pour l’aider lorsque l’Archevêque Colloredo se comporte de manière autoritaire et vaniteuse envers ses sujets. Retour du conflit entre la Maçonnerie et l’Eglise ?

A vous de le découvrir …

JACQ, Christian. Mozart : Le grand magicien. Paris : Xo éditions, 2005. 392 p. (Mozart ; 1). ISBN 2-84563-270-3

Advertisements