Mots-clefs

, , , , , , , ,

8 Le temple noirQuatrième de couverture

« Mon cher Marcas, le véritable secret de l’ordre du Temple n’a jamais été le trésor. Je vous parle d’un secret d’une puissance telle qu’il pourrait faire basculer le destin de l’humanité…  »

1232. En Terre Sainte, une lutte sans merci oppose le Grand Maître des Templiers et le Légat du pape pour posséder un secret revendiqué par toutes les religions et tous les pouvoirs.

2012. À Londres, le Temple Noir se réunit et va changer le cours de l’Histoire.  Dans les méandres financiers de la City et dans les coulisses des sociétés secrètes, le seul homme à pouvoir éviter le pire est Antoine Marcas, flic et franc-maçon.

Une seule condition : résoudre l’ultime énigme des Templiers…

Avis

Voilà enfin la suite des aventures d’Antoine Marcas et bien que pour moi le roman est une saveur particulière. C’est grâce à lui et aux aventures du commissaire franc-maçon que j’ai décidé de créer le blog. Il y a certes l’exercice pratique pour titre de documentaliste, mais il y a également le travail pour la première de couverture. Pour ceux qui l’ignorent, j’ai dessiné les bannières et/ou marque-pages du groupe Marcas et aux vues de celles-ci, les auteurs et leur éditrice m’ont confié le dessin.

Venons-en à l’histoire. Les 658 pages de l’intrigue nous amène de l’ancienne Jérusalem au quartier de la City à Londres. On y retrouve différentes subtilités de l’actualité comme l’affaire Mohamed Merah, le décès de Withney Houston ou la préparation aux Jeux olympiques. On y fait même allusion à l’affaire Breivik.

Si le roman se veut être une suite du Septième templier, il n’est pas nécessaire de lire ou de relire l’histoire. Par contre, on aura compris qu’on met de nouveau l’accent sur les Templiers et leur trésor. Mais au fait, est-ce que le trésor matériel, est-il le vrai trésor des Templiers ? Est-ce que ça ne serait pas un trésor spirituel ? Bonne question, n’est-il pas ? Comme d’habitude, le roman peut se lire de 3 façons différentes. Primo, la plus classique et la plus évidente, c’est-à-dire la voie royale ! L’enchaînement des chapitres entre l’époque contemporaine (Paris et Londres) et l’époque historique (Jérusalem au 13ème siècle).

Encore et toujours, on remarquera le soin apporté aux lieux et aux personnages. Les gens seront très contents de retrouver la Louve, l’impitoyable tueuse au service d’un lord bad-ass, grand maître du Temple noir, j’ai nommé Lord Fainsworth. Ce personnage est compliqué car il vit sur deux plans d’existence. Le premier, le plus ancien, où il est le maître sans foi, ni loi d’une loge sauvage et en second, il est le patron d’une agence de notation à Londres où il jongle avec les milliards comme un artiste le fait avec des balles.

Ce qui est fort appréciable dans ce nouvel opus, c’est l’utilisation d’un blog nommé « Eye Over New World Order » dirigé par un certain Watcher. Les auteurs se sont amusés à créer un vrai-faux blog conspirationniste. Il faut dire que les conspirations vont bon train sur le web et les papas de Marcas ont réussi à surfer sur cette vague.

Et Antoine ??? Antoine, encore une fois, il est au top de sa forme ! On le retrouve avec Gabrielle du côté de Miami avant de revenir sur Paris, puis sur Londres et pour finir dans un bar d’un bidon ville de Freetown (Sierra Leone).

On notera la présence de Jade Zewinski, le personnage féminin du Rituel de l’Ombre. En parlant justement de personnage féminin, il me semble que Gabrielle disparaît trop brutalement. À croire que l’on veut nous cacher quelque chose ? Ou alors est-ce un effet de style un peu trop brut ?

La fin du roman nous propose comme toujours le glossaire maçonnique, des explications sur les différents éléments et en bonus, les premières cases de l’adaptation du Rituel de l’Ombre version BD.

GIACOMETTI, Eric. RAVENNE, Jacques. Le temple noir. Paris : Fleuve noir, 2012. 658 p. ISBN 978-2-265-09369-0

Publicités