Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

La FontaineNé Henri-Marie La Fontaine, le 22 avril 1854 à Bruxelles, il est le fils d’une famille bourgeoise. Inscrit dans une filière de Droit à l’Université libre de Bruxelles, il devint Docteur en Droit et fut inscrit au barreau de Bruxelles.Il fit son stage chez Edmond Picard, où il rencontra un certain Paul Otlet en 1890. Un an plus tard, il publie « Essai de la bibliographie de la paix » et à soutenir le projet du Palais Mondial – Mundaneum. Il s’investit également pour la publication de la Classification décimale universelle.

Au cours de l’année 1883, poussé par Hodgson Pratt, pacifiste britannique, à fonder une société pacifiste belge, la « Société belge de l’arbitrage et de la paix ». Passionné également d’alpinisme, il rencontre au Club Alpin Belge, un certain Emile Vandervelde, où ce dernier l’initia à la pensée socialiste. Henri La Fontaine fit de même avec Emile Vandervelde en l’initiant à la musique de Richard Wagner et en particulier à la chevauchée des Walkyries.

Il rejoint les rangs du Parti Ouvrier Belge, ancêtre du Parti Socialiste en 1894. Il mène dès lors une carrière parlementaire bien remplie, exerçant notamment les mandats de sénateur successivement pour le Hainaut, Liège et le Brabant (1895-1936), de conseiller communal à Bruxelles (1904-1908) et de vice-président du Sénat (1930-1936).

La littérature, le socialisme, la politique et les sports ne sont pas les seuls activités qui occupent l’esprit de La Fontaine. Avec l’aide de son ami Emile Vandervelde, il s’initie à la franc-maçonnerie. Il deviendra le Vénérable maître à deux reprises de la loge des Amis philanthropes du Grand Orient de Belgique. Il fut l’un des pères fondateurs de la loge mixte du Droit humain.

Henri La Fontaine est un féministe d’avant-garde, car il défend ses opinions sir l’éducation et le droit des femmes. En 1907, il préside le Bureau international permanent de la paix. Cet organisme doit servir de lien entre les divers groupes qui œuvrent  pour la paix dans le monde.  Pour toute sa carrière, il reçoit le Prix Nobel de la paix en 1913 et en 1916 à Boston, son ouvrage  « The great solution : magnisissima charta » est publié où il défend l’idée d’une organisation internationale du travail intellectuel. Il décède le 14 mai 1943 à l’âge de 89 ans.

Publicités